Mysidia est un forum fantastique/steampunk. Quelle créature et camp allez vous intégrer ?
 

Took a little journey to the unknown ft. Alexander

 :: Let's play ! :: Zhakal :: Forêt maudite Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 25 Juil - 15:23

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Elle ne savait pas ce qui lui avait pris d'accepter cette commande, honnêtement. Déjà aller à Tamaris, bon, c'était pas une idée lumineuse sans mauvais jeu de mots. Oh pas que ça soit désagréable, à vrai dire les Tamariens avaient paru très civils à la nymphe, bien qu'il lui aie fallu plus d'une semaine pour s'habituer à leur technologie omniprésente. Quand elle exprimait son incrédulité on lui disait que ce n'était rien, que ça pourrait être mille fois mieux et qu'ils y travaillaient, mais elle devait admettre que ça suffisait largement à l'impressionner. Surtout qu'elle n'y comprenait rien, vous pensez bien, ce n'était pas dans sa culture. Elle pourrait vous parler de tout un tas de choses en ce qui concerne la nature, mais ces machines, ça n'avait rien à voir, elle restait sans voix. Sorel les trouvait désagréables, bruyantes, il n'avait eu de cesse de se plaindre de l'odeur, c'était sans doute pour cela qu'elle avait cessé d'utiliser son second pouvoir en permanence pendant son séjour dans la contrée connaissant le jour et la nuit. C'était étrange d'ailleurs, d'avoir si peu de temps de jour. Enfin elle supposait que les Tamariens considéraient cela comme normal, mais elle était restée très perturbée par ce cycle. Enfin en soi même si ce n'était pas son système habituel elle avait pu s'y habituer.

Mais si elle s'en était arrêtée à Tamaris peut-être que les choses se seraient bien passées. Peut-être qu'en faisant un large tour dans le pays des humains en vendant ses remèdes avant de retourner à Alfheim, elle n'aurait pas eu à regretter d'avoir quitté sa contrée d'origine. Seulement on lui avait passé une commande, et elle ne savait pas trop si elle avait bien fait d'accepter mais dans sa gentillesse habituelle Azurias n'allait clairement pas dire non. Même si ça impliquait d'aller faire un tour du côté de la forêt maudite. Une espèce de champignon ne poussait apparemment que dans ces bois qui ne connaissaient jamais la lumière, et elle voyait fort bien quelle forme ils pouvaient avoir et pourquoi ils ne poussaient que là-bas, mais pourquoi avoir accepté d'aller les chercher sérieusement ? Surtout qu'elle s'était souvenue, après avoir traversé la frontière avec Zhakal, que c'étaient des champignons vénéneux. Pourquoi lui passerait-on une commande pareille, ça ne soignerait personne ? Etait-ce une mauvaise blague ? Mais la demoiselle avait balayé cette possibilité malgré ce que ne cessait de lui répéter son canari. Non, ce serait mesquin et sans intérêt de l'envoyer là-bas juste pour voir si elle en revenait, pas vrai ?

C'est à peine armée d'une lanterne et de mûrons séchés qu'elle était entrée dans la contrée la plus dangereuse de Mysidia. Elle avait bien acheté une carte de la région avant de partir, pour savoir où trouver cette forêt et retourner vers Tamaris au plus vite, mais elle n'avait pas prévu que l'endroit soit aussi.. obscur. Oui, en allant à Zhakal il fallait s'attendre à ce que les choses soient obscures, un point pour vous, et avec sa lanterne qui n'éclairait qu'à peine une rayon d'1m autour d'elle la nymphe n'était pas très aidée, mais elle s'était imaginé que cesserait moins flippant. Si en entrant elle s'était dit qu'elle ne s'éloignerait pas trop de l'orée de la forêt, chercherait ces champignons blancs qui ne devraient pas être trop durs à repérer et repartirait, elle avait fini par s'éloigner. Trop s'éloigner à son goût, et l'atmosphère oppressante rendait même Sorel silencieux. Pour qu'il cesse de la railler sur le fait qu'elle ne puisse probablement jamais sortir d'ici, il fallait bien qu'il y aie un sérieux problème. Enfin pour l'heure aucun évènement plus étrange que cette obscurité ambiante n'avait eu lieu, et Azurias s'appliquait plutôt à mettre la mains sur les champignons demandés. En toute logique ils devraient se trouver à la base des arbres ou sur des troncs tombés et en décomposition. C'étaient du moins ses estimations, même si elle se demandait sérieusement comment il pouvait encore y avoir des arbres s'il n'y avait jamais de lumière.

- T'as intérêt à les trouver vite, dit finalement le canari, j'aime pas cet endroit.


Azurias eut un léger sourire en caressant la tête de son oiseau: elle non plus n'aimait pas cet endroit. Mais ce ne serait certainement plus très long, et puis il fallait admettre que pour ce qu'on l'avait payée en avance, ce serait bête d'abandonner juste parce qu'elle avait la trouille. La seule chose qu'elle avait risqué, c'était de tomber en sursautant à cause du bruit du vent dans les branches des arbres. Elle avançait prudemment, surtout concentrée sur le sol, lorsqu'il lui sembla entendre du bruit. Son coeur faillit manquer un battement mais la nymphe inspira à fond, faisant de son mieux pour rester concentrée: ce était peut-être que le vent, il fallait qu'elle se calme, il fallait absolument qu'elle arrête de paniquer aussi facilement. Ca lui ferait perdre du temps et donc passer encore plus de temps dans cette forêt. Elle expira lentement et continua d'examiner la base des arbres, mais le bruit se répéta. Ce n'était pas le vent, et ce n'était pas loin. Elle se mordit la lèvre pour ne pas lâcher une exclamation de surprise en constatant que le son ressemblait un peu à des pas. Avec sa lanterne on devait la voir de loin, mais en se retournant elle ne remarqua personne. Sa gorge se serra. Dans une forêt à Alfheim elle aurait certainement demandé qui était là, et s'il avait besoin d'aide, s'il était perdu, mais force était de constater que les rôles étaient inversés. Et que confirmer sa présence n'était pas une bonne solution. Alors elle choisit d'avancer plus vite, pour distancer le bruit.

Peine perdue il semblait que ça la suive. Il semblait qu'il y aie plusieurs pas, aussi. Sorel s'agitait sur son épaule lui intimant certainement de se dépêcher, mais l'herboriste était franchement repérable. Elle aurait juré qu'on entendait son coeur battre la chamade à 3 mètres à la ronde, et puis de toutes façons avec cette lanterne difficile d'être discrète. Cela dit elle ne pourrait se déplacer sans lumière: elle n'y verrait rien, elle n'aurait de cesse de se prendre des arbres. Azurias ne pouvait qu'espérer que les créatures qui la suivaient se désintéressent d'elle, bien que ce soit assez peu probable. Tout espoir de rester à une distance raisonnable de ces êtres s'effondra lorsque la nymphe se prit les pieds dans une racine qu'elle n'avait pas vue venir, trop occupée à essayer de repérer ce qui pouvait bien la suivre. Elle lâcha une exclamation de surprise, heurtant le sol en même temps que sa lanterne qui produisit un bruit de métal tordu. Maintenant les pas étaient proches, et elle entendait des sortes de grondements. Peut-être était-ce des voix étouffées, peut-être avait-elle affaire à des animaux; enfin dans les deux cas elle ne voulait pas qu'ils l'approchent. Elle voulait qu'ils l'oublient.  

- A-allez vous-en.. , bredouilla la nymphe qui commençait à pleurer tant elle avait peur.


Très convainquant, oui, bien joué Azurias. Lorsque la silhouette d'une créature ressemblant à un loup bien plus massif que la moyenne commença à être éclairée par sa lanterne qui ne s'était pas encore éteinte, l'herboriste n'y tenait plus. C'en était trop, elle pleurait comme une madeleine et ses jambes tremblaient sans doute trop pour qu'elle coure bien loin. Dans un mouvement de panique elle sortit les mûrons qu'il y avait dans sa poche et en laissa tomber plusieurs autour d'elle avant de faire germer puis pousser les ronces. Des tiges épineuses ne tardèrent pas à ériger une sorte de cocon autour de la nymphe, assez large pour englober sa forme allongée et certainement la laisser se relever également. Sa lanterne était restée à l'extérieur cela dit, et ses rayons filtraient à peine au travers des tiges. Elle n'y voyait presque rien et ses larmes continuaient de plus belle: comment allait-elle se sortir de là, sérieusement ? Est-ce qu'elle allait se sortir de là ? La créature qu'elle avait vue sembla se déplacer autour du cocon sans oser le toucher. Une telle boule d'épine n'était pas très attrayante, en même temps.

- File! s'exclama-t elle d'une voix tremblante, Laisse-moi!


Elle avait envie de repartir, elle aurait aimé pouvoir disparaitre d'ici et retrouver au Jardin d'Eden en un clin d'oeil, mais ça ne faisait pas partie de ses capacités. Et se battre non plus. Oh elle maîtrisait assez son contrôle d'eau pour faire diversion un moment, et Sorel lui avait plusieurs fois rabâché qu'au lieu de ça elle pourrait tuer avec, lui présentant même quelques possibilités, mais elle n'en était clairement pas capable. Elle ne pouvait qu'attendre qu'on l'oublie, qu'on se désintéresse de ces épines en espérant qu'on ne cherche pas à les traverser.

avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Juil - 23:03

Took a little journey to the unknown


feat Azuria




S'il y avait bien une chose qu'Alexander trouvait barbant... Non, on ne peut pas commencer comme ça, il y avait des centaines de choses qu'il trouvait barbant ! En revanche, une qui l'agaçait en ce moment même était l'ennui. Aah, l'ennui, qui pourrait affirmer ne l'avoir jamais rencontré dans sa vie ? Eh bien, même dans la mort vous la connaîtrez, sachez-le.
Assis à l'envers dans son canapé – vous savez, ce genre de position où vous avez les jambes en l'air, contre le dossier et la tête dans le vide, ceci dans un contexte n'incluant nullement le Kamasutra -, sûrement dans l'espoir idiot qu'une posture différente puisse inclure un état d'esprit différent, il regardait sans vraiment le voir le mur à quelques mètres de lui. Il connaissait déjà par cœur tout les défauts de ce mur, de toute façon : conséquences de toutes les périodes d'ennuis par lesquels il était passé ces dernières années. La portée de son regard se précisa en rencontrant des yeux bleus le scrutant.

« Quoi ? T'as un problème ? »

D'après le coup de griffe qu'il reçut au nez : oui.

L'assassin fit une galipette improvisé, donc avec grâce et élégance, afin d'atterrir derrière l'animal et le plaquer au sol. Il ne fut pas assez rapide pour le félin – trois ans d'étude de l'être humain, il devenait prévisible – qui lui échappa de justesse en feulant. La boule de poil le jaugea du regard, à l'autre bout de la pièce. C'était quoi son problème, sérieusement ? Il lui avait fait mal, en plus ! Depuis quand cet animal avait les griffes aussi acérées ? Sûrement depuis qu'il les aiguisait sur le canapé.

« Tu t'es cru tout permis, imbécile de chat ? »

Abruti lui lança un regard qui devait sûrement signifier que cela faisait déjà bien longtemps qu'il faisait ce qu'il voulait dans cette maison. Alexander avait du être trop indulgent avec lui quand il était chaton.

Visiblement satisfait d'avoir attiré l'attention de son maître, le félin se dirigea vers la porte d'entrée pour la gratter de ses griffes, jetant un nouveau regard vers l'humain. Celui-ci soupira. Okay, tout ça pour lui signifiait qu'il avait envie de sortir, bonjour la subtilité. Il ne pouvait pas juste miauler, comme les autres chats ? En tout cas, ses seize heures de sommeil devaient être écoulées pour faire place au temps de la chasse. Dans d'autres circonstances il lui aurait dit d'aller chasser les croquettes plutôt que de l'ennuyer, mais le fait est qu'il était déjà ennuyé, donc sortir ne paraissait pas une mauvaise idée. D'autant plus qu'il préférait que son chat aille tester les lames de rasoir qui lui servaient de griffes sur autre chose que son visage.

La porte à peine ouverte, le familier se faufila à l'extérieur, veillant tout de même à être suivi du brun : pas téméraire au point de circuler à Zhakal sans son garde du corps personnel. Alex ne le laissait pas sortir seul, de toute façon. Il pouvait bien le traiter d'abruti autant qu'il voulait, ça n'empêchait qu'il y tenait à cette bestiole. Elle le lui rendait bien d'ailleurs, quand ce n'était pas à coup de patte ou de morsure : son humeur était aussi changeante que la sienne finalement ; il était encore très joueur aussi – ce qui ne le gênait pas, tant que c'était de sa main gauche dont il se servait pour faire ses dents.

Alexander se laissait guider par Abruti, guère étonné que ses pas le portèrent vers la forêt maudite. Son chat affectionnait cet endroit, peut-être parce qu'une forêt était le meilleur endroit où chasser, bien que certaines bestioles soient dix fois plus grosses que lui ici. Dire que l'endroit avait la réputation d'être hanté... quelle ironie. Il avait prit une source de lumière, n'ayant pas la même vision nocturne que l'animal gambadant devant lui. Animal qui s'arrêtait tout les deux pas pour renifler le sol, si bien que sans la lumière, Alex passerait son temps à lui shooter dedans.

S'il avait eu la référence dans son monde, le jeune homme se serait cru dans la forêt interdite d'Harry Potter. Il n'avait pas peur d'y vadrouiller pour autant, suffisamment habitué aux environs grâce aux dernières années. Être armé aidait à se sentir en sécurité aussi.

Son familier courait après un quelconque rongeur quand il s'immobilisa soudainement, aux aguets. Le fantôme s'arrêta à son tour, tendant l'oreille. Des bruits de pas précipités se faisaient entendre dans leur direction et une lumière commençait à se distinguer au loin. Alexander éteignit la sienne : s'il pouvait voir celle qui arrivait, alors son possesseur, qui qu'il soit, risquait de le remarquer. Il n'était pas désireux de se faire repérer si vite, pas sans savoir de quoi il s'agissait. Se décalant derrière le tronc d'un arbre, il attendit de voir comment les choses évoluaient, s'armant d'un pistolet : mesure de sécurité. Une exclamation, suivi d'un choc sourd lui fit hausser un sourcil. Est-ce que quelqu'un venait de tomber ? Ouais, c'est le genre de chose qui devait arriver quand on court dans une forêt pleine de racine. N'empêche que cela donnait à la situation du ridicule.

Ce sont les pleurs qui attirèrent davantage son attention. Il n'y avait pas eu de lutte, ce qui était assez rare à Zhakal. Quelle que soit la créature se trouvant là, elle était trop inoffensive pour son propre bien. Manque de chance, ce qui la prenait en chasse avait tout l'air d'un loup garou. A moins que ce ne soit qu'un gros animal ? Peut importe. Soupirant pour la forme, l'ancien Tamaris se décala légèrement pour avoir une meilleure ligne de mir et pointa son arme droit vers la forme éloignée. La visibilité n'était clairement pas des meilleures, seule la lumière s'élevant encore légèrement de la lanterne de la personne à terre – qui venait d'ailleurs de s'ériger une sorte de.. barrière épinée ? Hum, il verrait ça plus tard – éclairait faiblement la scène. Cependant, après trois ans de tueries, ce n'était pas ce qui suffirait à l'arrêter.

Une détonation suivie l'actionnement de la détente et le brun su qu'il avait touché sa cible en la voyant s'effondrer. Comme on ne vend pas la peau de l'ours – ou du loup, pour le coup – avant de s'être assuré de l'avoir tué, il se dirigea prudemment vers le corps pour vérifier l'absence de connaissance. Un mort prenant des vies, ça aussi c'était ironique. Ceci fait, il releva la tête pour observer l'étrange cocon. Pas étonnant que le loup n'ait pas pu s'approcher de plus près.

« Sympa les épines. T'es quoi au juste, une sorte de hérisson ? »

Y avait tellement de choses étranges dans ce monde que c'est à peine si ça l'étonnait encore. Pour autant, il restait sur ses gardes, en cas de réactions imprévisibles venant d'en face. Difficile de distinguer un visage entre la structure d'épines et le manque de lumière, ça n'aidait pas à installer la confiance. Abruti ne se dérangeait pas, lui, reniflant innocemment les plantes. Ça va, la situation ne te dérange pas trop abruti de chat ? Ceci dit, il avait l'air d'avoir un certain don pour reconnaître les personnes dignes de confiance, mais Alex mettait ça sur le compte d'une inconscience.

Allant chercher la lanterne pour la rapprocher, il éleva de nouveau la voix.

« Ce qui me paraît certain, c'est que c'est pas ici qu'est ta place. Je me trompe ? »

Code by Joy
Sin of Lust
avatar
Messages : 74
XP : 269
Date de naissance : 21/01/1996
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 21
Localisation : Dans ton c... coffre fort ?
Familier : Un chat, Abruti. Tout est dans le nom.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juil - 3:50

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Le bruit ne s'était pas éloigné et Azurias tremblait comme une feuille. Recroquevillée derrière sa barrière d'épines, elle entendant les pas de l'animal se déplacer autour de celle-ci. Son souffle rendu lourd par la course se rapprochait puis s'éloignait par moments, comme s'il cherchait une faille. Le pire c'est qu'elle avait bien conscience qu'il y en avait sans doute une. Après tout elle utilisait généralement ses pouvoirs pour faire pousser des végétaux nécessaires à ses remèdes, pas pour défendre sa vie d'une sorte de loup beaucoup trop massif. Ce n'était certainement qu'une question de temps, mais elle s'accrochait à l'espace futile qu'il se désintéresserait des épines avant d'avoir le temps de trouver un espace assez large pour lui permettre de passer une patte et écarter les épines. Enfin si la douleur ne l'intimidait pas, mais entre quelques épines et un déjeuner, l'animal aurait sans doute bien vite fait son choix. Elle se redressa lentement en tentant d'imaginer ce qu'elle ferait si jamais ça arrivait mais.. est-ce qu'elle aurait le temps de se concentrer au lieu de trembler de peur ? Rien n'était moins sûr. Enserrer la bestiole dans ses ronces au lieu de se cacher derrière était une option correcte, mais restait à savoir si elle la verrait, à travers ses larmes et sa panique.

Ces questions tournaient à une vitesse folle dans sa tête lorsqu'une détonation retentit, la faisant instinctivement baisser la tête. Elle retint un nouveau sanglot en entendant des pas s'approcher de sa barrière d'épines, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. A en juger par le bruit sourd, la bête qui en avait après elle s'était effondrée, et la nymphe ne demandait qu'à croire aux bonnes intentions de la personne qui lui avait tiré dessus, mais elle était nerveuse. Ces ténèbres ambiantes la perturbaient, elle n'aurait jamais dû venir ici, raisonner de façon logique au lieu de simplement souhaiter se cacher lui demandait un effort qu'elle n'accomplissait que trop difficilement en ce moment. Mais pourquoi avoir tiré sur ce monstre sinon pour l'aider ? Pourquoi se donner cette peine ? Les pas étaient désormais très proches de sa boule d'épine, et leur propriétaire ne tarda pas à se faire entendre. Un homme d'après la voix, bien qu'Azurias soit tout à fait incapable de le voir à travers ses épines. Au mieux elle remarquait qu'une ombre était passée devant la lumière à un moment, mais elle voyait flou et tremblait comme une feuille. Sa blague n'était pas drôle, mais elle était terriblement nerveuse et lâcha tout de même un léger rire qui ressembla un peu à un sanglot sur la fin. Sorel avait commencé à sautiller à ses côtés, lui signalant qu'il y avait un autre animal avec le nouveau venu. Moins dangereux cette fois mais ça restait un prédateur pour le canari.

L'Alfheim se remit debout en tentant d'essuyer ses larmes mais elles n'en finissaient pas de couler. Voilà qui lui laissait peu d'espoir de sembler présentable. Enfin il faisait noir, elle avait déjà sali ses vêtements en tombant, trop tard pour reculer a priori. La lumière s'était rapprochée et elle supposait qu'il avait soulevé sa lanterne. Une chance qu'elle ne se soit pas éteinte: elle était suffisamment effrayée comme ça, se retrouver dans le noir complet, dans cette forêt avec un inconnu n'aurait pas arrangé les choses. Il disait qu'elle n'était pas à sa place ici et la nymphe ne put que lever les yeux au ciel. Sans déconner ? Ca paraissait évident, elle ne se sentait pas tout à fait à sa place non plus. Non elle se sentirait largement mieux loin de cette fichue forêt et en voyant mieux ses environs. Enfin elle ne précisa pas ça tout cela, prenant plutôt en considération que ce type était armé et que si elle lui semblait trop menaçante, tirer à travers les épines ne devrait pas poser trop de problèmes. S'il avait pu atteindre la bête dans des ténèbres pareilles, la question ne se posait pas.  

- Je.. non.. , fit-elle en ravalant un sanglot, on m'a passé une commande et.. et je me suis perdue ici.


Azurias commença à dé-serrer lentement les ronces qui l'entouraient après s'être remise debout, regardant attentivement en direction de la lumière. Il y avait bien une silhouette a priori masculine. De son côté Sorel s'était posé sur l'épaule de la demoiselle, se plaignant de la présence d'un chat qui risquait de lui sauter dessus. Elle s'essuya encore les yeux avec le dos de sa main, tentant un sourire un peu tremblant en direction de son interlocuteur dont elle ne voyait pas très bien le visage. Pour sa part elle était éclairée par la lanterne, les ronces étaient descendues pour ne l'entourer que jusqu'à la taille et un peu au dessus des épaules, des fois que la créature se réveille et qu'elle ne la voie pas venir. Lorsqu'elle s'avança vers le brun (enfin sans doute), les plantes épineuses suivirent son mouvement, quand il s'agissait d'orientations elle savait plutôt bien gérer les végétaux à vrai dire.

- Mer-merci beaucoup, je.. , elle peinait encore à parler clairement, suis enchantée, je suppose.


Elle sourit faiblement en lui tendant la main, forme de politesse qu'on aurait sans doute jugée déplacée dans une situation pareille, mais n'oublions pas que c'est une Alfheim dont on parle.

avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil - 2:13

Took a little journey to the unknown


feat Azuria





Cette situation était décidément bien étrange. Ce n'était clairement pas tout les jours qu'Alexander découvrait une créature en larmes, enfermé dans un cocon d'épine et se faisant agresser par un loup. Et vous savez ce qu'il y avait d'encore plus étrange ? Elle avait un canari. Non, en fait ça c'était la deuxième chose la plus étrange, la première étant qu'elle venait de rire à sa blague – si on pouvait dire que s'en était une. Certes, le rire devait être principalement nerveux, n'empêche que ça méritait d'être noté. Autre chose qui méritait d'être noté était qu'elle desserrerait sa protection. Clairement, elle devait être assez naïve ou trop innocente – l'un entraînait l'autre, après tout. C'est vrai qu'il venait de la sauver, mais à Zhakal ce n'était pas suffisant pour se sentir en sécurité. Il aurait très bien pu attendre qu'elle se sente en sécurité pour s'en prendre à elle à son tour. Bon, dans son cas, Alex n'aurait même pas eu besoin d'en arriver là, puisqu'il aurait tout aussi bien pu se dématérialiser pour passer à travers les ronces. Il n'avait effectivement pas l'intention de s'en prendre à elle. Ça ne lui donnait pas raison de ne pas se méfier pour autant.

En tout cas, il pouvait maintenant voir à quoi ressembler celle qu'il avait qualifié de hérisson et ce n'était pas la peine de préciser qu'elle était bien moins impressionnante sans toute ces épines qui l'entouraient. Difficile de dire à quel genre d'espère elle pouvait appartenir, mais elle n'était pas très grande et avait l'air plutôt frêle. Finalement, elle avait l'air d'une banale jeune femme, mais en plus coloré – la seule lueur de la bougie ne permettait de deviner les couleurs correctement, mais est-ce que ses cheveux étaient bleus ? Bah, Neal avait bien les cheveux écarlates après tout. C'était surtout la longueur qui étaient perturbante ; qu'on ne vienne pas lui dire qu'il avait les cheveux longs après avoir vu ça, sérieusement. Comment elle faisait pour les coiffer ? Et ne pas s’asseoir dessus ? Et pour les laver ? Okay, elle n'avait rien de banale finalement, elle était carrément étrange.

Elle lui parla d'une commande. C'était la raison de sa venue, d'après ce qu'elle disait. Quelle genre de commande on pouvait effectuer dans un endroit pareil ? A part chasser les loup-garou – ce qui était plus ou moins arrivé au final – il ne savait pas ce qu'il pouvait y avoir d'intéressant ici.  Ceci dit, Abruti avait trouvé quelque chose d'intéressant lui : un oiseau, ça pouvait faire une belle chasse. Le brun voyait bien que son chat avait déjà commencé à se lécher les babines, surement en train d'imaginer le repas qu'il pourrait faire. Pas de bol pour lui : difficile d'attraper un animal qui, contrairement à lui, à des ailes. Il avait d'ailleurs l'air d'essayer de trouver la faille qui lui permettrait d'atteindre le canari. Alex parierait qu'il finirait par bondir, ne serait-ce que pour vérifier quelle hauteur il était capable d'atteindre. Il laissa échapper un soupir.

« Pas un bon endroit où se perdre. »

Relever l'évidence était l'une de ses grandes passions dans la vie.
A vrai dire, il avait aidé cette fille, mais il ne savait pas quoi en faire. Le fantôme avait beau avoir choisi une vie d'assassin, il n'avait pas totalement quitté ses valeurs pour autant. Tuer une personne innocente dans le cadre de son travail : oui. Laisser une personne innocente mourir en dehors de son travail : vraisemblablement, non. Il ne voulait pas avoir l'air d'un héro pour autant, parce que, définitivement, il n'en était pas un. Il n'avait juste pas pu se résoudre à passer son chemin comme si de rien n'était. Ainsi, il ne su pas réellement quelle conduite tenir quand elle lui tendit la main.

« Ouais... pas de quoi. »

Il avança finalement sa main droite pour serrer la sienne – une poignée de main avec la gauche aurait été potentiellement périlleuse. Depuis combien de temps n'avait-il pas eu de contact banal ou de politesse avec quelqu'un ? Trop longtemps, surement. Il était un peu mal à l'aise, ce qui était idiot : ce n'est pas lui qui venait de frôler une mort certaine.

Se rappelant qu'il avait toujours sa lanterne à la main, il la lui tendit afin qu'elle puisse la récupérer. Elle avait au moins eut le bon sens de venir ici avec une source de lumière, c'était pas si mal.

« J'avais éteint la mienne, mais j'ai de quoi rallumer, ça nous fera plus de lumière. »

Joignant le geste à la parole, il récupéra la sienne qu'il avait déposé en ramassant l'autre, utilisant une allumette pour réveiller la flamme. Bon, ce n'était pas si mal. Le seul problème de la lumière, c'est que bien qu'elle soit nécessaire pour se déplacer dans la forêt, elle avait aussi la fâcheuse tendance d'attirer toute sorte de bestiole. Alexander ne s'en inquiétait pas outre mesure, ne se sentant pas particulièrement en danger pour le moment, mais ça méritait d'être prudent tout de même.
En parlant de prudence, il ne pouvait s'empêcher de garder un œil sur le loup, au cas où il aurait un sursaut de vie. Le pire, c'est que depuis que lui-même était revenu comme fantôme, il n'avait plus confiance en la mort elle-même, s'attendant toujours à voir une de ces victimes se réveiller à un moment donner et essayer de lui passer à travers. Ça avait quelque chose d'assez flippant.

Bien, au point il en était, autant la ramener dans un endroit plus sûr. Il n'avait pas d'objectifs précis pour cette soirée de toute façon et Abruti n'avait déjà plus la chasse en tête puisque sa future victime était déjà toute trouvé – il continuait de fixer ce bordel d'oiseau comme si c'était la chose la plus captivante du monde ; tellement que s'il ne passait pas son temps à se lécher les babines, Alex aurait dit qu'il était amoureux.

« D'où tu viens ? »


Code by Joy
Sin of Lust
avatar
Messages : 74
XP : 269
Date de naissance : 21/01/1996
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 21
Localisation : Dans ton c... coffre fort ?
Familier : Un chat, Abruti. Tout est dans le nom.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Aoû - 1:59

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Si le brun semblait très calme, c'était loin d'être le cas de son chat. Il tournait dangereusement près des pieds d'Azurias, le regard fixé sur Sorel, sa queue ondulant avec une certaine excitation. Un repas était juché sur l'épaule de la nymphe, pas étonnant qu'il ne tienne pas en place. Mais à vrai dire elle s'inquiétait plus pour le félin que pour son canari: après tout, des deux, c'était lui qui risquait de s'emberlificoter dans des ronces parce qu'il avait toute son attention dirigée ailleurs. Ce n'était pas très prudent de garder ses ronces dans son dos, d'ailleurs: elles ne la protégeaient pas du tout de l'homme qui se tenait en face d'elle. Mais la nymphe avait un esprit trop naïf pour s'imaginer avoir quoi que ce soit à craindre d'une personne venant de la tirer du pétrin. Vous pensez bien, vivre à Alfheim n'avait pas pu la rendre terriblement méfiante, avec cette atmosphère saturée de bonnes intentions et autres sentiments doux et sucrés. Un brin farouche certes, mais selon elle il venait de faire montre d'altruisme en l'aidant, il n'y avait donc pas de souci à se faire, pas vrai ? Difficile de voir l'expression de son visage car la lumière était dans son dos, mais sa voix n'exprima pas d'agressivité lorsqu'il énonça platement qu'il y avait de meilleurs endroits pour se perdre. Elle eut un sourire en coin: s'il pensait qu'elle n'aurait pas préféré se perdre de jour à Alfheim, et pas dans une forêt obscure où une créature dangereuse voulait savoir si elle croquait sous la dent, il se plantait.

Elle haussa un sourcil en voyant son air un peu perturbé face à sa main tendue. Quoi ? Ils n'avaient pas les mêmes formes de politesse à Zhakal ? Deux secondes la crainte de l'avoir injurié avec un geste maladroit traversa l'esprit d'Azurias. Elle qui tentait d'être polie, ce serait vraiment le comble. S'il avait hésité plus longtemps elle aurait sans doute éloigné sa main, mal à l'aise comme elle l'était, pour tenter de limiter les dégâts. Mais il finit par lui répondre et lui serrer la main. C'est à ce moment-là que la nymphe remarqua l'aspect inhabituel de son bras gauche. Il brillait à la faible lumière de sa lanterne, et elle plissa les yeux dans son incompréhension avant de réaliser qu'il était fait de métal. Enfin.. était-ce son bras en lui-même ou une armure ? Elle ne sautait le déterminer, n'ayant pour commencé jamais vu de robots ou quoi que ce soit s'en rapprochant malgré son passage par Tamaris. Disons que ça n'avait pas été le principal problème au cours de son voyage. Elle réfléchissait au chemin retour lorsqu'un mouvement brusque dans la partie floue de son champ de vision la fit reculer d'un pas. Aussitôt, un bras d'épines s'était dressé entre le brun et elle, parant un éventuel coup. Mais lorsque ses yeux accommodèrent, la nymphe constata avec embarras qu'il n'avait fait que lui rendre sa lanterne et glissa donc sa main dans l'anse de celle-ci, récupérant sa source de lumière.

- Ah.. euh.. oui , bredouilla-t elle rapidement, c'est une bonne idée merci.


Elle sourit maladroitement en faisant lentement reculer les épines. Cet endroit la rendait nerveuse comme jamais. Sorel lui ordonnait de plutôt former une cage d'épines à ce chat cinglé qui en avait après ses plumes, mais elle restait sourdes à ses protestations. Ce n'était pas capital, ce chat ne pouvait pas l'atteindre depuis le sol de toutes façons. Il lui suffisait de ne pas se poser. De son côté, l'inconnu avait rallumé sa propre lanterne, leur offrant une zone éclairée plus vaste. Elle voyait maintenant les troncs des arbres un peu plus éloignée, bien que ça ne soit sans doute pas d'une importance capitale. Mais disons que savoir à peu près ce qui l'entourait était assez rassurant pour la nymphe, elle n'avait pas l'habitude d'avancer à l'aveuglette. Contrairement à son interlocuteur, visiblement. Il nn'avait pas l'air agressif, lugubre, macabre ou autres qualificatifs peu rassurants qu'elle avait souvent vus employés pour décrire les Zhakal, pourtant il semblait être d'ici. Enfin, son physique était celui d'un humain, mais pour viser aussi bien dans le noir difficile de l'imaginer originaire de Tamaris. Justement, voilà qu'il demandait d'où elle arrivait.

- Je suis d'Alfheim , répondit-elle, et vous êtes d'ici, je suppose..?


Hasarda la nymphe sans vouloir paraitre trop sûre d'elle. Qui sait si elle ne risquait pas de le vexer, en se trompant de contrée. Ils étaient supposés être en conflit après tout, bien qu'elle n'en aie que peu ressenti les effets à Alfheim. Cela dit s'il y avait bien une contrée où on ne ressentait pas les effets de ces distensions, c'était bien Alfheim. Le pacifisme omniprésent leur évitait bien des complications. Profitant d'avoir de nouveau une source de lumière en main, elle le va sa lanterne pour éclairer un périmètre plus large puis tourna sur elle-même, examinant les environs rapidement sans pour autant retrouver un semblant de chemin. Impossible de savoir par où elle était arrivée, ni par où ressortir d'ailleurs. La forêt lu semblait opaque de tous côtés. Mais pendant qu'elle tentait de se repérer, ses yeux tombèrent sur une vue pour le moins désagréable. A ses pieds, le corps noir d'un animal effondré à terre, inerte. A priori un loup, bien que sa forme soit inhabituelle. Il avait les yeux vides et la nymphe ne put s'empêcher de sursauter en constatant cela. Du sang avait dégouliné d'une blessure dans le cou, vraisemblablement mortelle. Un air peiné passa sur son visage. C'était certainement le loup qui l'avait agressée, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être triste de voir un être autrefois vivant dans un tel état. S'agenouillant devant la créature tandis que Sorel quittait son épaule, elle posa la lanterne à terre.

- C'est.. , elle déglutit, l'animal dont tu mas sauvée.. enfin l'animal.


Affirma la demoiselle, détachant ses yeux du corps inanimé pour les fermer brièvement. On aurait vraiment dit un loup, ça lui rappelait le temps qu'elle avait passé avec la meute. Lorsque l'un d'entre eux les quittait, Ethos lui avait appris à entonner un chant pour guider son âme vers la terre, pour qu'il trouve la paix. C'était du moins ce qu'il lui avait dit. Prenant une profonde inspiration, elle posa ses mains contre la terre et entonna le premier couplet qu'elle avait appris par coeur à voix basse. Normalement il suffirait, pour un hommage aussi rapide. Pour elle tous les mots, toutes les notes qui s'envolaient de sa bouche faisaient sens, mais peut-être n'était-ce pas le cas de l'inconnu: elle chantait en 'loup', pour ainsi dire. Lorsqu'elle eut terminé, la nymphe se redressa, époussetant ses mains terreuses, et se retourna en direction du brun. Ses ronces ne l'entouraient à présent que jusqu'à la taille: pas de doute, la créature était morte, nul besoin de s'en méfier. S'avançant vers l'inconnu, elle prit l'une de ses mains entre les siennes et leva les yeux dans sa direction.

- Ainsi il devrait trouver la paix et ne pas te tourmenter, ne t'en fais pas. , l'informa-t elle, Comment tu t'appelles ?


Elle posa sa question avec un léger sourire, légèrement plus détendue après s'être rappelé les souvenirs à moitié agréables de sa vie passée avec la meute de loups. Peut-être que ce n'en était pas un, mais dans le doute elle ne l'aurait pas laissé errer. Si cette forêt était réputée hantée, ce ne serait pas par cette créature. Sorel semblait exaspéré par son sens des priorités qu'il trouvait franchement défaillant et n'avait de cesse de piailler, toisant au passage le chat qui se léchait les babines avec une évidente pointe de mépris.

avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Aoû - 21:41

Took a little journey to the unknown


feat Azuria





La luminosité était optimisée à présent par leur deux lanternes, permettant un champ de vision plus large. La forêt paraissait peut-être encore plus lugubre à la lueur des bougies. Ce n'était pas grand chose pour lui qui était habitué à Zhakal et ses endroits lugubres ; il n'avait jamais mit les pieds à Nightray ceci dit, réputé comme étant le plus glauques de tous ; ce devait être déjà plus impressionnant pour quelqu'un venant d'ailleurs, par contre. C'était bien le cas de la femme – fille ? Elle avait l'air jeune, mais il n'aurait pas su deviner son âge avec précision – puisqu'elle lui confirma venir d'Alfheim. C'était surement pire que de venir de Tamaris : Alfheim était l'endroit le plus protégé de tout ce qui était sombre et mal intentionné. Il s'en était douté pourtant, à son physique. Le choc des cheveux mis à part, ses oreilles étaient trop pointues pour convenir à un humain. Autrement, il n'y avait guère de choses la différenciant d'un Tamaris. Sauf peut-être cette innocence qu'elle avait, mais ça il y en avait aussi dans son ancienne patrie : lui-même était assez naïf auparavant. Douce époque, mais sales conséquences.

Elle avait supposée qu'il venait d'ici : bien joué Sherlock. Son physique pouvait être trompeur, il le savait, mais il y avait assez peu d'habitants des autres tribus qui soient suffisamment cinglés pour venir à Zhakal. Tout comme il y avait peu de Zhakal assez maso pour se rendre à Alfheim : trop de lumière, trop de niaiserie, c'était mauvais pour leur santé physique et mental – ils étaient déjà assez atteint. Alex se considérait rarement dans cette catégorie. Il en faisait pourtant parti, indéniablement, depuis qu'il était devenu une créature de nuit, mais il ne s'y sentirai jamais réellement chez lui, tout comme il ne se sentirait plus jamais chez lui à Tamaris. Il pourrait encore moins se sentir chez lui à Alfheim : sa nouvelle condition n'était pas adapté à l'endroit. Finalement, il lui faudrait un petit chalet à l'écart de tout ça ou il vivrait d'amour ronronnant – avec Abruti, cela va de soi – à l'écart de tout ça.

« Tu supposes bien, répondit-il, laconique. »

Une Alfheim et un Zhakal, deux opposés et supposement ennemis par la guerre. Il commençait à s'habituer aux ironies de la vie.

Le fantôme observa l'étendue d'arbre devant lui, se demandant où se trouvait la sortie menant au coeur de Zhakal et où se trouvait celle menant à Tamaris. Impossible de s'orienter correctement ici, donc le hasard aurait son rôle à jouer quant à leur chemin. Voulant se mettre en route dans l'immédiat, il fut stopper par sa protégée dont l'attention s'était porté sur la créature qu'il avait abattu. Ses remarques étaient décidément bien pertinentes puisqu'elle constata qu'il s'agissait de l'animal dont il l'avait sauvé. Elle était donc capable de logique c'était bon à savoir. 

Il ne s'était pas attendu à ce qui suivit par contre : elle se mit à entonner dans une langue étrange. Elle venait d'entrer en transe ou bien...? Alexander ouvrit les yeux avec stupéfaction, cherchant à comprendre cette étrange chose qu'elle était en train de faire. Est-ce que c'était un chant typique d'Alfheim.. ? Ou une manière de chasser les mauvais esprits ? Ou est-ce qu'elle venait simplement de péter littéralement les plombs ? Aucune de ces trois suppositions n'était à écarter. La question trouva rapidement une réponse puisqu'elle répondit inconsciemment à ses interrogations une fois qu'elle fut finit, ce qui valut au brun de la regarder une nouvelle fois avec de grands yeux. Lui faire trouver la paix ; il ne reviendrait pas le tourmenter. Est-ce qu'elle avait conscience d'à quel point elle visait juste quant à ses inquiétudes ? Peut-être que oui, peut-être que non. Dans tout les cas, ça le surprenait.

« Mais qu'est-ce que tu es au juste ? »

La question valait aussi bien comme réaction à ce qu'elle venait de faire que comme interrogation par rapport à sa race. A ce stade, Alex se demandait vraiment quelle genre de créature il venait de ramasser. Il connaissait assez peu les espèces se trouvant du côté le plus lumineux de leur monde, alors il lui était difficile de deviner.

A propos de ramasser, il attrapa sa boule de poil, de crainte qu'il ne finisse par s'empaler sur les ronces en essayant de chasser l'oiseau. Abruti du y voir une occasion pour attaquer, puisqu'il se retrouver enfin à hauteur, lançant un coup de patte en direction du canari. Coup de patte bien trop court pour atteindre qui que ce soit, puisque son maître était à un bon mètre de distance de l'endroit où était perché l'oiseau. Il aurait surement tenté de bondir pour combler la distance, mais la main de l'assassin le tenait sous les pattes avant et son avant bras le maintenait contre sa poitrine. Il était coincé et exprima donc sa frustration en mordillant les doigts en métal qui le tenaient.

L'homme hésita une nouvelle fois quand on lui demanda son prénom. C'était tellement banal comme conversation, vraiment. Pourtant, ça se faisait aussi à Zhakal. Sinon personne ne connaîtrait jamais le nom de personne, évidemment, mais il était rare qu'il soit demandé de manière aussi... banal. Du moins, c'est l'impression qu'il avait. Peut-être juste parce qu'il était plus antisocial que d'autres.

« Alexander, répondit-il finalement. Et toi, je dois t’appeler comment ? La fille au loup ?  »

Ça lui irait bien, selon lui, si elle n'avait pas autant l'air d'être sortie d'un lac – parce que cheveux couleur eau + yeux couleur eau = lac, c'était d'une logique implacable.

« Je suppose que tu n'as pas semé de petits cailloux pour retrouver ton chemin. »

Pour ne pas se perdre, Alex avait pris l'habitude d'avancer aussi droit que possible, pour n'avoir qu'à faire demi-tour afin de retrouver la sortie. Les événements précédents avaient perturbés sa progression, donc c'était foutu maintenant. Il aurait bien aimé dresser Abruti à retrouver le chemin grâce à son odorat, mais celui-ci n'avait pas l'air d'accepter de s'abaisser au rôle d'un chien. L'orgueil était un bien vilain défaut, même pour un chat. De toute façon, il était déjà trop occupé à se débattre pour échapper des bras de son propriétaire, le regard toujours fixé sur l'oiseau, ne démordant pas de son idée d'en faire un repas.

Code by Joy
Sin of Lust
avatar
Messages : 74
XP : 269
Date de naissance : 21/01/1996
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 21
Localisation : Dans ton c... coffre fort ?
Familier : Un chat, Abruti. Tout est dans le nom.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Sep - 17:09

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Et donc elle supposait bien. Encore heureux, avec cette joie de vivre qui semblait le caractériser, ce type ferait franchement bizarre à Alfheim. De plus, elle s'en serait sans doute un peu voulue de n'avoir su reconnaître une créature de ses contrées. A première vue il était humain, mais Sorel lui avait raconté maintes fois combien les créatures de Zhakal pouvaient s'avérer trompeuses. On croit tomber sur un humain pas bien effrayant et bam, c'est un vampire. Enfin, ça c'était d'après le canari qui semblait avoir vu plus de pays qu'Azurias, cette dernière n'avait jamais été confrontée à un tel problème. Mais de toutes façons il ne lui faisait pas peur, la nymphe avait arrêté son jugement sur 'lui faire confiance, après tout il vient de me tirer des crocs d'un loup'. Jugement sans doute pas approuvé par son familier qui se basait plutôt sur 'son chat est une bête féroce, do not want'. Mais de toutes façons il ne partirait pas sans elle, la demoiselle e savait très bien: il aurait trop la trouille de parcourir ces bois obscurs seul.

Elle ne put s'empêcher de pencher légèrement la tête sur le côté d'un air interrogateur lorsqu'il lui demanda ce qu'elle était, un air éberlué sur le visage. Quoi, il venait tout juste de remarquer ses oreilles pointues ? Qu'il n'aille pas lui faire croire qu'il n'avait jamais croisé autre-chose que de créatures de son espèce -qu'elle peinait à déterminer, doutant qu'un humain puisse vivre ici- à Zhakal, elle n'était pas non plus complètement ignorante sur cette contrée. L'endroit manquait peut-être de lumière, mais pas de diversité pour autant. Ou bien il était perturbé parce qu'il n'avait rien compris à ce qu'elle chantait. Ah, c'était tout de suite plus probable. Comme il ne comprendrait sans doute rien si elle s'adressait à Sorel. Un léger rire lui échappa: elle n'avait pas l'habitude que d'autres êtres que des animaux l'entendent parler cette 'langue', et à y réfléchir elle n'avait sans doute jamais expliqué ce que c'était à personne. Il ramassa son chat qui tenta vainement d'atteindre Sorel avec ses pattes avant de se venger sur la main de son propriétaire. C'est à ce moment-là qu'elle remarqua qu'il n'avait pas deux bras normaux. Il était.. elle plissa les yeux pour mieux discerner le matériau, malgré la lumière de leurs deux lanternes ses yeux peinaient encore à accommoder. Du métal on dirait. Incroyable qu'il semble fonctionner comme un vrai bras.

La nymphe avait un certain nombre de questions qui défilaient dans son esprit tandis que son canari piaillait pour qu'elle pense un peu à ses plumes et ne s'approche pas plu de ce chat qu'il avait dans les bras, mais elle ne lui prêtait qu'une oreille distraite. Comment cela fonctionnait-il exactement ? C'était en remplacement d'un bras perdu ? Brièvement une image horrible lui traversa l'esprit. Elle savait guérir les maladies, les plaies ouvertes c'était moins son fort, l'idée la terrifiait. Quelle horreur. Elle ne pouvait pas imaginer ce qu'il avait dû ressentir, bien que sa grande compassion s'arrange pour lui retourner l'estomac malgré tout. Une expression un peu inquiète commençait à apparaitre sur son visage lorsqu'il répondit à sa question après une hésitation. Les présentations, ça n'avait pas l'air d'être son fort, nota mentalement la demoiselle. Il ne croisait jamais personne ou quoi ? Lorsqu'elle leva les yeux dans sa direction, ils pétillaient d'un certain amusement. " La fille au loup", ça lui serait mieux allé auparavant. Un brève pensée pour le devenir de la meute lui traversa l'esprit, mais ils étaient forts, il n'y avait pas à s'en faire.

- Azurias, c'est plus court , répondit-elle avec un sourire, et je suis une nymphe, si c'est ce que tu voulais savoir tout à l'heure.


Elle ne put s'empêcher de hausser un sourcil lorsqu'il mentionna des petits cailloux. Quoi, il connaissait quelqu'un qui faisait-ça peut-être ? C'était une idée naïve mais elle avait été certaine de ne pas s'aventurer trop loin dans cette forêt et de pouvoir retrouver son chemin de toutes façons, étant une grande habituée des bois. Mais ceux de Zhakal n'avaient rien à voir avec ceux de chez elle, ou du moins elle ne pensait pas très bien s'en sortir. Rien que ces alentours enténébrés faisaient courir des frissons dans son dos. Reconnaitre un endroit déjà traversé dans le noir n'était clairement pas chose aisée pour une créature originaire du côté lumineux de Mysidia. Il faut dire, elle se serait sans doute moins perdue si cette créature n'avait pas surgi de nulle-part pour la faire courir.. Mais il était de toutes façons trop tard pour regretter de ne pas avoir attaché un fil à un arbre en entrant dans la forêt pour le remonter par la suite, ou mis en place un quelconque dispositif visant à pouvoir retrouver son chemin facilement. Elle était perdue, sauvée mais perdue, il n'y avait plus qu'à faire avec.

- Tu supposes bien, Alexander , répondit-elle en imitant sa voix monotone de tout à l'heure


Elle doutait que cette tentative pour détendre l'atmosphère soit efficace, mais ça ne lui coûtait rien d'essayer. Le brun ne semblait pas en mener large non plus, certainement était-il mieux adapté qu'elle à évoluer dans cet environnement, mais quitter cette forêt était vraisemblablement une autre histoire. Elle leva sa lanterne à bout de bras pour tenter d'éclairer un périmètres plus large, appréhendant un peu à l'idée de tomber sur la même créature que celle qu'elle avait guidée vers l'au-delà. Les loups chassaient rarement seuls, elle était bien placée pour le savoir. Rien, heureusement. Plusieurs chemins s'offraient à eux entre les troncs noirs des arbres de cette forêt. Bon, il allait bien falloir se lancer de toutes façons. Ravalant son appréhension en s'assurant mentalement que ça se passerait bien, qu'il n'y avait pas de raisons qu'il ne s'en sortent pas après tout, mais son optimisme était mis à rude épreuve. Azurias s'apprêtait à proposer un chemin au hasard lorsqu'une solution lui traversa l'esprit.

- Sorel, tu peux monter au dessus des arbres ?, demanda la nymphe en s'adressant au canari, Essaie de voir le chemin le plus court pour quitter ces bois.


L'option lui semblait raisonnable, restait à savoir si le canari pourrait y voir quelque-chose. En tout cas il ne se fit pas prier pour s'envoler, vraisemblablement trop heureux de pouvoir s'éloigner du chat sans craindre d'être happé par un de ces arbres à l'aspect inquiétant. Elle le suivit brièvement des yeux avant de ne plus pouvoir distinguer la petite tâche jaune que ses plumes formaient précédemment. Il était sans doute passé au dessus des arbres maintenant. Elle espérait qu'il pourrait les aider, ça la rassurerait. Autrement il faudrait choisir une solution plus coûteuse en énergie et en risques. Du genre tenter de monter soi-même au sommet d'un arbre.. Ca ne la mettrait pas si mal à l'aise si chacun de ces végétaux ne semblait pas sur le point de s'effondrer tant ils étaient pourris.

- Il va revenir nous dire ce qu'il voit. , affirma Azurias à l'attention du brun , Oh et j'avais une question. Ton bras est comme ça depuis longtemps ?


Interrogea la nymphe en rabaissant sa lanterne, regardant de nouveau en direction de son interlocuteur.

avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Sep - 21:17

Took a little journey to the unknown


feat Azuria





Vraisemblablement, il avait fait preuve de maladresse en demandait ce qu'elle était, à voir son air perdu, elle ne savait surement pas ce qu'elle devait répondre à ça. Bah, ça n'exigeais pas spécialement de réponse. Ce n'était qu'une question posée sans réellement y faire attention, simplement sous la surprise. Parce que, franchement, c'est pas tout les jours qu'on croise quelqu'un parlant une langue bizarre en hommage à un animal mort. C'était même carrement bizarre pour lui, mais chaque peuple à ses propres rituels après tout. Même s'il y en avait qu'on avait parfois pas envie de connaître. Abruti apprécierait surement qu'il lui chante une chanson en miaulement le jour où il mourrait. Avec un peu de chance, il reviendrait le hanter pour lui faire payer l'affront. Alex espérait que personne n'avait fait ce genre de rituel bizarre pour sa mort, d'ailleurs. Quoi que, ça expliquerait peut-être qu'il soit revenu ; peut-être qu'il devait aller couper la langue à celui qui avait osé, pour finalement être en paix et rejoindre la lumière, comme dans les histoires inventés. Surement des conneries, tout ça.

Elle se présenta finalement, aussi bien son nom que son espèce. Ouais, il se pose bel et bien la question là-dessus. Il n'avait pas tellement croisé de nymphe à Zhakal. Il ne remarquait pas tellement les gens autour de lui à Zhakal, à vrai dire. Ses proies étaient surment les personnes auxquelles il portait le plus d'attention, simplement parce que c'était sur elles qu'il avait besoin du plus d'informations. Difficile de penser qu'il avait été social un jour.

Elle lui confirma ensuite ne pas avoir pensée aux cailloux. Eh bien, c'était pas forcément un mal : c'était un peu stupide comme idée de toute façon. Les cailloux, ça reste pas forcément à sa place, suffit que quelqu'un ou quelque chose marche dessus, shoot dedans ou s'amuse à les ramasser – quoi qu'il espérait qu'il n'y ait pas de gens réellement futile au point de ramasser des cailloux, vraiment – et c'était foutu. Pas fiable. Puis, des cailloux, pouvaient y en avoir plein par terre, facile de confondre avec ceux qu'on sème. Bref, c'était nul comme idée, mais pas forcément plus nul que de s'aventurer en pleine forêt sombre sans prévoir de plan pour retrouver son chemin.
Par contre... elle venait bien d'imiter sa façon de parler là ? Il la regarda avec un haussement de sourcil, pour la peine.

« Tu fais trop vivante pour que ce ton te convienne. »

Avec un air légèrement amusé, il observa la nymphe tenter de prolonger son faisceau lumineux aussi loin qu'elle le pouvait en tendant les bras. Elle lui paraissait si petite que s'en était presque risible. Ceci dit, elle avait raison d'être sur ses gardes, lui l'était tout autant. Elle avait besoin de lumière aussi. Combien de temps une créature d'Alfheim pouvait-elle supporter la noirceur de Zhakal ? Alex espérait ne pas découvrir la réponse en direct.

A défaut de petits cailloux semés, Azurias eut finalement une idée pour tenter de retrouver leur chemin : envoyer son oiseau comme exploreur. L'avantage, c'est qu'Abruti n'essayait plus de bondir de ses bras, tout en regardant devant lui avec des yeux de proie. L'inconvénient, c'est qu'il regardait maintenant en l'air tout en miaulant avec désespoir. Que ce chat était têtu.
L'homme ne savait pas si l'idée serait réellement efficace. On n'y voyait déjà rien sans lampe, alors il n'était pas certain que le dénommé Sorel soit capable de voir quoi que ce soit de là-haut. Il n'avait jamais eu l'idée de vérifier s'il faisait tout aussi sombre au delà des arbres, mais avec un peu de chance il pourrait voir un ciel plus clair qui indiquerait la direction de Tamaris. L'oiseau n'avait pas l'air stupide, c'était déjà un bon point.

« Espérons qu'il trouve quelque chose. Je me demande s'il y a des oiseaux prédateurs dans cette forêt, ajouta-t-il avec un froncement de sourcils. »

On devrait lui offrir le trophée de l'homme le plus rassurant au monde. Il la mettra à côté du prix de l'expression la plus blasée et celui de la joie de vivre – en toute ironie, bien sûr. Il fallait être réaliste cependant : il y avait des potentiels dangers partout dans cet endroit.

Changeant de sujet de conversation avec toute l'habilité dont elle semblait capable – c'est à dire, aucun –, la nymphe lui demanda si son bras était comme ça depuis longtemps. Il attirait la curiosité, indéniablement ; il fallait dire qu'il n'avait pas grand chose de discret. Puisque la lampe était braquée sur son bras en métal – Marianne de son petit nom – Alex eut le réflexe d'agiter ses doigts : l'habitude de vérifier que ses mouvements et ses articulations fonctionnaient sans mal. Il avait de la chance d'avoir ce bras.

« Depuis six ans, à peu près. Le vrai a mal fini, alors j'ai eu celui-là, pour compenser. Et je suppose que tu vas me demander ce qu'il s'est passé, donc sache que même à Tamaris on est pas à l'abri de se faire arracher un bras. »

Ce ne serait surement pas un mal si elle pouvait garder ça en tête. Et puisqu'ils en arrivaient aux confidences, il y avait bien des questions qu'il se posait lui aussi. Des choses qui l'intriguaient surtout.

« Tu fais souvent ce genre de trucs ? L'espère de rituel, je veux dire. »

Il faisait une sorte de fixette là-dessus mais, pour sa défense, c'était vraiment bizarre. Selon lui, en tout cas. Du coup, il était curieux d'en savoir un petit plus, surtout si ça concernait réellement les esprits – avant il aurait eut tendance à refuser d'y croire, mais depuis qu'il était lui-même un fantôme, il se sentait bien obligé de devoir faire face à ce genre de réalité. Alors, en l’occurrence, ça le concernait peut-être.

Code by Joy
Sin of Lust
avatar
Messages : 74
XP : 269
Date de naissance : 21/01/1996
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 21
Localisation : Dans ton c... coffre fort ?
Familier : Un chat, Abruti. Tout est dans le nom.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov - 17:42

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Il la trouvait trop vivante pour l'imiter. Elle eut un léger rire: parce qu'il était mort, peut-être ? Mais la nymphe ne pensa pas à lui demander, ne sachant pas trop si c'était vu comme malpoli dans ces contrées et trouvant la question assez peu légitime en règle générale. Qu'elle ne soit pas ridicule: il n'avait pas du tout l'air de flotter ou d'être transparent à la lumière comme le renard fantôme qu'elle avait croisé au cimetière, il ne pouvait pas être mort. Mais peut-être qu'il était mort à l'intérieur cela dit, à en juger par l'air vaguement morne de ses yeux. Une fois de plus elle n'en dit rien, distraite par son interlocuteur lorsqu'il mentionna la possibilité d'oiseaux prédateurs s'en prenant à Sorel. Des rapaces ? Oh non, elle n'y avait pas du tout pensé ! Il est vrai que le canari était clairement une proie, pourtant.. Azurias s'en voudrait tellement s'il lui arrivait quelque-chose juste parce qu'elle lui avait demandé d'aller jeter un oeil sans réfléchir un seul instant. Une expression inquiète passa sur son visage tandis que ses yeux clairs s'assombrissaient d'un semblant de chagrin. Elle espérait sincèrement que rien ne lui arrive. Dans le noir on ne le ferait pas trop bouger, pas vrai ? Et puis il y avait des branches d'arbres entre lesquelles se cacher.. elle le défendrait s'il le fallait, avec ce qu'elle avait fait contre le loup l'Alfheim se sentait d'humeur à faire pousser des ronces autant que nécessaire.

Elle détacha son regard de la cime des arbres pour se concentrer sur le bras mécanique d'Alexander, clignant des yeux d'un air curieux en le voyant bouger ses doigts. Wow, il avait vraiment l'air vivant. C'était très perturbant. La nymphe avait malheureusement déjà vu des personnes ayant perdu leurs membres par accident, mais les remplacements qu'ils avaient ne pouvaient pas bouger. C'était juste là pour bomber le vide, et ne pas trop gêner dans la vie quotidienne ou simplement ne pas trop attirer les regards. Mais là ce morceau de métal bougeait. Elle n'en croyait pas ses yeux. Etait-ce de la magie ? Ca n'en avait pas l'air, c'était vraiment étrange. Maintenant elle était curieuse de savoir s'il n'avaient pas des choses à lui apprendre en matière de guérison, à Zhakal. C'était une très mauvaise idée mais l'esprit naïf de la bleue ne réfléchit pas deux secondes aux dangers que pouvait apporter toute tentative de s'intéresser à la contrée plongée dans l'ombre. On racontait beaucoup de choses sur ces lieux en Alfheim, mais peut-être que tout n'était pas fondé. Elle avait sincèrement envie d'en apprendre le plus possible maintenant.

Elle eut un léger frisson quand il lui apprit que son bras avait 'mal fini'. Sans doute un accident pensait-elle, on ne perd pas un bras parce que c'est drôle (c'est pas drôle), et nul besoin d'être un génie pour s'imaginer que ça n'avait pas été agréable, mais Azurias ne put s'empêcher de grimacer un peu. Le pauvre, quelle horreur, pourvu que le processus de 'compensation' n'aie pas été trop douloureux en plus. N'ayant jamais vécu d'expériences traumatisantes grâce à la paix régnant en Alfheim, elle n'avait aucun évènement auquel comparer quelque-chose d'une telle horreur et était terrifiée d'en imaginer un. Puis elle pencha la tête quand il parla de Tamaris. Ah, c'est là-bas qu'il avait eu un problème ? C'était sans doute cliché mais la nymphe s'était imaginée que puisqu'il était de Zhakal, il saurait se défendre. De ce qu'elle savait -pas grand-chose quoi-, Tamaris n'était rien en comparaison avec ici. Surtout qu'elle avait traversé cette zone sans encombres peu de temps auparavant pour arriver à cette forêt. Il faudrait être prudente sur le chemin du retour dans ce cas.. enfin à supposer qu'ils quittent cette forêt, pour commencer. Cette pensée pessimiste l'aurait sans doute faite soupirer si le brun n'avait pas attiré son attention à nouveau.

- Le rituel..? , commença-t elle d'un air surpris avant que ses yeux ne s'assombrissent un peu, oh, ce rituel. Non, je ne fais pas ça souvent, heureusement. Ca voudrait dire que je vois souvent des gens mourir, ce serait terrible.


Répondit la nymphe d'une voix douce. C'était ce qu'elle avait appris à faire pour guider une âme vers son lieu de repos, heureusement qu'elle n'avait pas à le faire souvent. Certes ce monde était en guerre et semblait vouloir glissé vers le chaos à cause des divagations de Faronir, mais elle était heureuse de ne pas devoir faire face aux effets de cette guerre au quotidien. Quand bien même il fallait regarder la réalité en face, plus elle y pensait, plus elle se demandait si elle serait capable de le supporter. Sans doute au bout d'un moment se briserait-elle, bien qu'elle ne s'en doute pas. Au moins elle arrêterait de pleurer comme la fragile qu'elle est, me direz vous. Chassant l'idée dérangeante que la guerre se fasse un jour sentir jusqu'en Alfheim, la créature trop lumineuse pour l'endroit où elle se tenait en ce moment leva les yeux en cherchant à apercevoir Sorel. Pour l'instant il n'était pas de retour. Remarque, s'il l'était elle n'aurait eu aucun mal à le savoir, au vu de l'attention que semblait lui porter le chat d'Alexander. Le félin regardait au dessus de lui depuis qu'il était parti. Elle n'avait pas essayé d'utiliser son don pour lui parler, assez incertaine de la réponse, mais ça serait peut-être intéressant d'essayer un de ces quatre.

- A chaque fois qu'une créature meurt il faut la guider, d'une façon ou d'une autre. Peut-être que ça t'a paru bizarre parce que je chantais dans une autre 'langue', mais je ne suis sans doute pas la seule à le faire , ajouta-t elle avec un sourire, On serait envahis d'âmes en peine sinon.


C'est du moins ce qu'elle avait appris d'Ethos, mais elle doutait que le vieux loup lui aie raconté des sornettes. Il était si sage, la nymphe avait entière confiance en ses dires. Jamais n'avait-elle croisé d'âme en peine pour confirmer que c'était bien ce qui arrivait si l'être ne trouvait pas le repos, mais peut-être que ce n'était pas plus mal. Ca la confortait dans l'idée que le monde n'allait pas si mal que ça,  et que le chaos qui semblait vouloir s'étendre en ce moment était quelque-chose de rattrapable s'ils le voulaient vraiment.

- Mais.. c'est à Tamaris que tu as été blessé ?, interrogea Azurias, Wow c'est terrifiant, je vais devoir repasser là-bas pour partir, j'espère que ce n'est pas trop fréquent..


Ajouta-t elle, surtout pour elle-même. Mais son expression inquiète disparut à toute vitesse lorsqu'un bruissement d'ailes et un piaillement mécontent se firent entendre. Sorel était de retour ! Et visiblement pas blessé. La demoiselle était tellement soulagée qu'elle posa un baiser sur la tête de l'oiseau dès qu'il regagna sa main, récoltant un nouveau piaillement lui disant qu'elle devrait calmer ses ardeurs parce qu'il n'était pas une peluche. Il lui apprit ne pas y voir très bien, bien entendu, mais l'espèce de grande boule blanche dans le ciel lui avait permis de voir la bordure de forêt la plus proche. S'ils le suivaient ils ne devraient pas avoir trop de soucis pour sortir.

- Il faut qu'on le suive, annonça-t elle sur un ton enjoué, ramassant sa lanterne, tout ira bien maintenant ~


Elle continuait la conversation le coeur léger, comme s'ils n'avaient pas du tout parler de décès, de rituel pour éviter qu'une âme erre sur Mysidia toute l'éternité et de bras arrachés. Il y avait sérieusement de quoi se demander si Azurias était innocente ou purement idiote, parfois. Mais son optimisme l'empêchait de se morfondre bien longtemps, ce n'était pas plus mal. Elle sourit à Alexander en lui indiquant de suivre d'un mouvement de tête lorsque l'oiseau se mit à bouger, espérant sincèrement qu'ils n'aient pas d'ennuis en chemin.

avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Jan - 19:54

Took a little journey to the unknown


feat Azuria





Alexander ne pensait pas tenir un jour une conversation autour de son bras, en plein milieu d'une forêt, avec une nymphe sortie de nulle part. En fait, il ne pensait pas tenir une conversation tout court dans ce genre de condition. Vraiment, sa vie partait en vrille depuis quelques années.
Ah, c'est vrai, il n'était plus en vie. Dire que sa mort partait en vrille serait plus correct. Ca n'avait plus grand chose d'étonnant dans ce cas, puisqu'elle était partit en vrille à partir du moment même où il était devenu un fantôme. Peut-être même à partir du moment où des tarés avaient choisi de sceller son sort de la pire des façons. Il pourrait certainement débattre des heures là-dessus.
Concernant son bras, Azurias ne rajouta rien, bien qu'elle paraisse encore assez curieuse sur le sujet. Eh bien, ce n'était peut-être qu'une question de temps.

La conversation revint sur les rituels et elle lui apprit qu'elle ne le faisait que lorsqu'elle voyait des personnes – ou des créatures, vraisemblablement – mourir. Il n'y avait donc pas qu'avec les loups qu'elle avait ce genre de délires ? Il ne savait pas trop s'il s'agissait d'une bonne ou d'une mauvaise nouvelle. Le jeune homme se stoppa cependant en entendant la suite de son explication. Etait-ce ce qu'il était : une âme en peine ? Etait-ce vraiment parce que personne n'avait guidé son âme qu'il se trouvait toujours là ?
Son regard se porta vers la nymphe, avec sérieux.

« Comment peut-on reconnaître une âme en peine ? »

Il ne savait pas si cette fille avait raison, mais c'était assez troublant. Après tout, il était bien la preuve que les fantômes existaient, alors peut-être que toute ces choses étaient vraies. Sa question allait surement lui paraître étrange. Ca ne le serait pas plus que ses déclarations à elle, ceci dit. Il était curieux de savoir ce qu'elle pourrait lui dire là-dessus.

Le tueur se remis en marche finalement. Il ne valait mieux pas rester immobile trop longtemps dans ce genre d'endroit. Alex était d'ailleurs étonné par le soudain calme dont faisait preuve la bête à poil qu'il tenait toujours dans ses bras, avant de se souvenir que l'animal en question était toujours en attente d'avoir de nouveau sa proie dans son champ visuel. Abruti pouvait faire preuve de beaucoup de patience quand il était déterminé. L'avantage était qu'il serait surement le premier à le remarquer quand Sorel serait de nouveau en vu, mais en plus de son instinct de prédateur, il avait un avantage sur eux : une meilleure vision nocturne. Une meilleure ouïe aussi, alors le jeune homme espérait que son chat ne soit pas centré sur l'oiseau au point de ne pas pouvoir les prévenir d'un danger approchant, sinon il jurait de le raser et de faire un tapis avec les poils récoltés.
Il était en train d'essayer de capter son attention en bougeant ses doigts devant les yeux perçant de la boule de poil quand sa compagne d'infortune décida de rebondir sur ce qu'il avait dit plus tôt. Vrai qu'il avait parlé de Tamaris. Ca lui permettrait peut-être d'être plus prudente à l'avenir.

« Ouais. Un cinglé de Zhakal qui est parvenu a passer la frontière. Mais certains Tamaris peuvent être dangereux aussi, faut pas croire. »

Il était bien placé pour le savoir.
Peut-être qu'il y avait des personnes qui le qualifiait lui aussi de “cinglé de Zhakal”, tiens. Il ne savait pas s'il trouvait ça amusant ou vexant. Peut-être les deux. Peut-être même qu'Azu était en train de se dire qu'il était un cinglé de Zhakal, en fait. Sa réflexion fut cependant de courte durée puisqu'un bruissement d'aile – et l'agitation soudaine d'Abruti – indiqua le retour de Sorel. Bien, il ne s'était pas fait bouffé – pas encore du moins, son chat serait très heureux d'y remédier. Alex avait encore du mal à s'y faire, mais la créature et son propriétaire avait l'air de converser, alors il lui laissa le soin de recueillir les informations venant de l'oiseau. Apparemment, il devrait maintenant pouvoir les guider jusque la sortie. Bonne nouvelle.

« Tu parles avec tout les animaux ou t'as la traduction intégrée de certaines espèces seulement... ? »

Vraiment, cette fille était un mystère. D'autant plus mystérieuse qu'elle semblait capable de garder cette air innocent et naïf malgré les conversations qu'ils avaient entretenus jusque là. Est-ce que tout les Alfheim était ainsi ou seulement certains ? Il n'avait pas tellement eut l'occasion de rencontrer des Alfheim auparavant, alors il n'avait pas tellement d'élément de comparaison. N'empêche, ça avait quelque chose de... fascinant. Sincérement. Dire qu'il avait du être tout aussi naif à une époque. Les parents devraient apprendre à leurs enfants les difficultés de la vie, plutôt que de vouloir les garder dans l'innocent le plus longtemps possible. L'éducation devait surement être différente à Zhakal. A vrai dire, elle devait surement être différente d'une espèce à une autre, pour commencer, mais puisqu'Alex avait été élevé au seul endroit où il n'y avait qu'une seule espèce, c'est un détail qu'il avait parfois tendance à oublier.
De toute façon, il pensait aux habitants de Zhakal, mais encore faudrait-il que ces derniers élèvent leurs gosses, ce dont il avait déjà un doute. Un gros doute même.

« A quel point Alfheim est différent d'ici ? »

C'était le seul endroit où il n'était jamais allé. Cependant, si Tamaris représentait le juste milieu, Zhakal le côté sombre et Alfheim celui lumineux, alors il pouvait se faire une vague idée de ce à quoi l'endroit devait ressemblait. Mais puisqu'il avait l'occasion d'avoir l'avis direct d'un habitant de l'endroit, il pouvait en profiter pour gagner quelques informations, surtout qu'il n'était pas persuadé de s'y rendre un jour. Maintenant qu'il se trouvait à Zhakal, Alfheim n'était définitivement pas sa place de toute façon. Il n'avait pas particulièrement envie de tester combien de temps il pourrait y passer avant que cela ne lui devienne insupportable. De la même façon qu'il se demandait combien de temps Azurias serait capable de résister à Zhakal, mais candide comme elle était, ce ne serait surement pas longtemps.

Code by Joy
Sin of Lust
avatar
Messages : 74
XP : 269
Date de naissance : 21/01/1996
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 21
Localisation : Dans ton c... coffre fort ?
Familier : Un chat, Abruti. Tout est dans le nom.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai - 19:21

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Une lueur d'intérêt sembla éclairer les yeux de son interlocuteur à la mention des âmes en peine, à la grande surprise de la bleue. Cela lui rappelait-il des souvenirs ? Ou peut-être avait-il des intérêts légèrement morbides. Mais venant d'un Zhakal, elle supposait ne pas avoir le droit d'être surprise. Après tout, il venait de faire montre de sa désinvolture face à la mort, il n'aurait rien d'étonnant à ce qu'il s'y intéresse de près. La nymphe pencha légèrement la tête sur le côte, ne cachant pas son étonnement tandis qu'un sourire confus étirait ses lèvres roses. Elle regrettait de ne pas avoir d'expérience directe à lui fournir, mais les récits d'Ethos lui revenaient lentement en mémoire. Réfléchir avant de parler n'avait jamais été son fort, à vrai dire.

Trop directe.
Trop honnête.

Mais cette fois-ci, elle ferait l'effort de condenser ses pensées.

Il devait son bras métallique à l'intervention de sagouins ayant passé la frontière, lui apprit-il, et les yeux d'Azurias s'agrandirent d'horreur une fois de plus. Un souffle resta coincé dans sa gorge tandis qu'un frisson désagréable parcourait sa colonne vertébrale. Oh, réellement ? Et elle qui avait traversé la contrée à mi-chemin avec une insouciance toute Alfheimienne. A présent elle se sentait mal à l'aise à l'idée de repartir seule, resserrant inconsciemment sa main sur la poignée de la lanterne. Jamais n'avait-elle craint de ne voyager qu'avec un familier en incapacité de la défendre, s'étant imaginé qu'elle saurait voir le danger venir. Son expérience d'aujourd'hui venait de prouver le contraire, et maintenant qu'elle apprenait ne même pas avoir su se méfier des apparences calmes de Tamaris.. disons que sa confiance vacillait un peu.

Mais la question sur les animaux et l'agitation du chat noir eurent tôt fait de la distraire. Ses yeux clairs se détournèrent brièvement du chemin que lequel les guidait Sorel, pétillants d'amusement. Sa façon de tourner les choses était pour le moins originale: elle ne s'était jamais imaginé avoir un panel de 'traductions' limité mais peut-être n'avait-il pas tort. Ce pouvoir était si naturel chez elle, la nymphe ne s'était jamais essayée à en tester les limites, ne sachant pas exactement comment s'y prendre. Ce n'était pas comme son contrôle sur l'eau ou les plantes dont l'aspect 'concret' lui permettait de mesurer les progrès. C'était un peu comme respirer sous l'eau et y dormir sans se noyer: elle en était simplement capable.

- Je peux parler à tout animal , affirma-t elle avant de passer une main sur sa nuque,  ou du moins, je n'ai jamais rencontré de créature avec laquelle je sois incapable de communiquer, mais leur.. intelligence rend parfois les choses difficiles. admit la demoiselle avec un sourire en coin


Se concentrer sur Alexander manqua de la faire trébucher sur une grosse racine, mais si la nymphe eut une sorte de piaillement surpris, elle eut tôt fait de se rattraper contre le tronc noir d'un arbre. Un rire surpris s'envola de sa gorge et elle secoua la tête, blâmant l'obscurité et son étourderie. Azurias n'était pourtant pas du genre maladroite, en particulier en forêt, ayant toujours évolué dans cet environnement. L'une des ombreuses raisons la rendant si confiante lorsqu'il s'agissait de voyager seule: elle connaissait le terrain, les bois étaient pour ainsi dire sa 'maison'. Tant qu'elle n'était pas en ville, la créature était maîtresse des lieux.

Enfin, sauf ici.
Rien n'était pareil, dans cette forêt.

Une ombre d'inquiétude passa dans son regard tandis qu'elle détachait sa main du tronc rugueux, incapable de sentir l'habituelle énergie frémir sous ses doigts, prête à répondre à sa magie. Les arbres d'ici ne semblaient pas aussi prompts à se plier à ses voeux. Azurias espérait ne pas devoir faire appel à eux. Comme un écho, le brun lui demandait en quoi l'endroit différait d'Alfheim, et elle fut tentée de dire que c'était 'comme le jour et la nuit'. Parce que c'était littéralement le cas. Laissant les éléments s'empiler dans son esprit tandis que Sorel continuait sa progression entre les arbres, éclairé par la lanterne portée par son amie, elle commença plutôt par la question précédente.

- Oh, nombre de choses diffèrent Alexander, je ne sais pas où commencer , rit-elle avec une surprenante légèreté, restant néanmoins concentrée sur la marche à suivre, Il n'y a pas d'âmes en peine, pour en revenir à ta question: elles ne supportent pas notre lumière et fuient généralement vers Zhakal. Quant à les reconnaitre.. sa gorge se serra à l'idée de l'horreur qu'elles devaient endurer, Je n'en ai jamais rencontrées, mais il est dit qu'elles ignorent être mortes et errent sans but, la mémoire de leur vie passée s'échappant progressivement. Elles souffrent du peu qu'elles savent comme de ce qu'elles ne savent plus, les souvenirs éparpillés leur font parfois perdre l'esprit.


Ce ton étonnamment sérieux ne lui ressemblait pas, et si la bleue s'entendait, elle ne se reconnaitrait certainement pas. Mais elle n'avait aucune idée de ce qu'il en était vraiment, aussi ne serait-il pas surprenant qu'elle s'imagine plus d'horreur qu'il n'y en avait réellement. Elle dût se perdre quelques instants dans ses pensées, car lorsque ses yeux se re-concentrèrent sur le chemin, Sorel lui tapotait le front de son bec jaune, se plaignant qu'elle ne faisait attention à rien. Un sourire coupable étira ses lèvres et elle s'excusa avant de rectifier le tir, revenant directement à la suite de l'oiseau. Un sentiment désagréable se tortillait au creux de son estomac, et elle jeta un regard craintif aux environs enténébrés, levant sa lanterne un peu plus haut tout en se remettant en marche.

- Excuse-moi, ces.. ténèbres ne me mettent pas à l'aise , fit-elle, énonçant une évidence, Alfheim est.. eh bien lumineux, littéralement, le soleil nous éclaire toujours. Je n'ai jamais eu besoin de lanterne pour me repérer, et ce n'est peut-être que moi, mais l'atmosphère n'est pas aussi pesante. Le danger n'y est pas aussi présent. On y perd des bras par accident, pas sur le caprice d'un cinglé. une confusion attristée s'emmêla dans la voix d'Azurias, Et puis il y a les arbres. Ceux d'ici sont différents, je ne saurais l'expliquer, mais cette forêt n'est pas.. saine.


Elle n'avait pas vraiment de meilleur mot pour ça. S'arrangeant pour marcher à la même hauteur qu'Alexander sans pour autant perdre son oiseau de vue, elle fit courir sa main libre sur le bras métallique de son interlocuteur, curieuse. Le contact glacé la surprit, mais après tout ce n'était pas non plus un 'vrai' membre.

- Ca n'existe pas. Je n'ai jamais vu de métal utilisé avec autant d'ingéniosité, on travaille essentiellement avec le bois. commenta-t-elle


Et la nymphe aurait sans doute continué sur sa lancée s'ils n'avaient pas atteint l'orée de la forêt à ce moment là. Son regard se leva sur le ciel d'encre, surpris par les minuscules points lumineux qu'elle parvenait à y distinguer. On lui avait raconté que seules les ténèbres régnaient en Zhakal, lui aurait-on menti ?

- Qu'est-ce que.. c'est normal, ça ?


Demanda curieusement la demoiselle, étrangement rassurée à la vue des étoiles et du demi-disque lumineux luisant à à leurs côtés.



avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 11:03

Took a little journey to the unknown


feat Azuria





Alexander perçu un instant l’horreur dans les yeux d’Azurias quand il lui annonça de quel façon il avait perdu son bras. Bingo. Il se doutait qu’elle avait du traverser Tamaris sans prêter d’attention à un éventuel danger. Pire : sans se douter qu’elle pouvait courir un danger. La preuve en était qu’elle s’était aventuré en pleine forêt sombre de Zhakal, seule, sauf si on prenait en compte son canari et, en fait, Alex décida de le prendre en compte parce que cet animal paraissait avoir bien plus notion du danger que sa maîtresse. S’il n’avait pas été dans le coin, elle serait sûrement déjà six pieds sous terre et cette réflexion le perturbait, d’une certaine façon, parce que ça lui donnait l’impression de s’être conduit comme un genre de héros, alors qu’il en était bien loin. Il n’était même pas sûr que sa présence la mette réellement en sécurité. Personne n’était à l’abri ici. Lui peut-être un peu plus : il avait l’avantage d’être déjà mort.

Bon, le brun n’était pas toujours un grand exemple de prudence non plus et il laissait son esprit vadrouiller vers diverses interrogations et pensées parfois un peu futiles. Notamment en cet instant, quand il lui demanda si elle pouvait parler avec tout les animaux ou certaines espèces seulement. Pour sa défense, il n’avait pas l’habitude de rencontrer ce genre de capacité. En tout cas, la nymphe lui affirma en retour pouvoir parler avec tout les animaux, malgré quelques potentielles difficultés. Ça voulait dire qu’elle pouvait discuter avec Abruti ? Bon sang, c’était à la fois un rêve et un cauchemar. Il se demandait souvent ce que ses miaulement pouvaient signifier, mais ses actions et expressions lui donnait souvent une bonne idée de ce qu’il voulait lui faire comprendre et à part avoir faim, vouloir jouer ou vouloir le cisailler avec ses griffes, c’était rarement intéressant. Il préférait sûrement ne pas savoir ce qu’il lui disait exactement, finalement.

Rendue inattentive par la conversation, Azurias trébucha, certainement sur une racine ou il ne savait quoi. Naïve et maladroite, la totale. Bon, c’était plutôt drôle, il devait avouer. Il s’était déjà lui-même ramassé dans cette forêt aussi, mais ça il ne l’avouerai pas. Il s’arrêta pour l’attendre quand même, il attendait la suite de la conversation. Elle lui expliqua que les âmes en peine ne se trouvait qu’à Zhakal – pas étonnant, les entités sombres n’ont leur place qu’à cet endroit. La description ne lui correspondait pas en tout cas et il en fut vaguement soulagé. Être une âme en peine devait être encore moins marrant qu’être un fantôme.

« Moche pour eux. Bon, t’es sûrement pas en peine, mais t’es une sacrée âme errante, tu vas finir par te perdre. »

La bleuté avait tendance à s’écarter du chemin quand elle parlait, heureusement que son familier avait l’air de faire attention à elle. Ce n’était clairement pas Abruti qui le ferait, sauf pour conduire Alex à la bouffe. Malgré tout, il comprenait que la nymphe soit perturbée, cet endroit n’avait rien à voir avec Alfheim. L’adaptation avait été difficile plus lui aussi, pourtant Tamaris était l’entre deux.

« Ça ne vient pas de toi, l’ambiance est pesante et le danger nous guette à chaque instant. Je suppose que c’est ce qui rend les habitants de Zhakal aussi cinglé. À moins que ce ne soit leur folie qui soit à l’origine du danger et de l’atmosphère pesante. Peu importe, rien n’est sain dans cet endroit. »

Malsain était le meilleur terme pour définir cette partie du monde.
S’ils devaient faire un parallèle avec certaines croyances, Alfheim serait le paradis, Zhakal les enfers et Tamaris le purgatoire, il supposait. Dans ce cas, sont jugement avait été fait. Sauf qu’ils n’étaient en réalité pas dans l’haut-delà, pas même lui, malgré qu’il soit mort.

Qu’Azurias lui parle du soleil lui faisait se rappeler qu’il lui manquait parfois. Seulement, il savait qu’il ne le supporterait guère longtemps maintenant qu’il était un fantôme. Il n'était même pas certain qu'il prendrait encore plaisir à se réchauffer sous ses rayons. Pourtant, il n'aurait pas souhaité se retrouver à Alfheim pour autant, n'avoir que le jour sans la nuit lui aurait été aussi éprouvant. Il avait besoin de l'équilibre des deux.
Un équilibre qu'il n'a plus.

Le bras gauche d’Alexander n’était évidemment pas innervé de manière sensitive, alors ce sont la proximité d’Azu et le léger bruit des doigts courant sur le métal qui lui firent remarquer le contact. Ce bras apportait toujours beaucoup d’interrogation. La perte d’un membre était déjà rarement anodin, alors son remplacement, c’était toujours une surprise. Il s’y était bien adapté lui. Avoir un bras manquant était l’expérience la plus difficile de sa vie – et je vous vois venir avec vos remarques : sa mort avait du être encore plus difficile, mais justement, ce n’était déjà plus sa vie – lui trouver un remplaçant n’avait donc été que soulagement.

« Je n’ai pas vraiment matière de comparaison avec Alfheim, mais Tamaris est réputé pour être particulièrement évolué en terme de construction et ce bras est une première niveau technologie. »

Il n'exprimerait jamais assez la chance qu'il avait pu avoir pour rencontrer cet inventeur de génie, bien qu'un peu fou sur les bords, qui lui avait proposé de remplacer son bras. Il avait servi de cobaye pour une expérience inédite, clairement, mais il ne pouvait pas s'en plaindre au vu du résultat. Il songeait même que le dit génie deviendrait dingue s'il le revoyait aujourd'hui et voyait l'évolution de sa création. Alex était le premier étonné de la façon dont le bras artificiel s'était intégré à son statut de fantôme.
Enfin, intégré était un grand mot, puisqu'à l'inverse de son corps, il était resté matériel. Même si ce n'était pas toujours pratique – notamment quand il oubliait de le rendre immatériel avant de traverser un mur – il était bien heureux qu'il soit resté accroché à son corps de fantôme. Peut-être était-ce du à son pouvoir de matérialisation justement. Quel qu’en soit la raison, il ne pouvait que s'en estimer heureux : avec un bras en moins, il n'aurait jamais survécu à Zhakal. Enfin, façon de parler.

Finalement, le jeune homme ne fut pas certain d'avoir été écouté jusqu'au bout étant donné que l'attention de la nymphe c'était soudain porté sur le ciel. Son regard surpris et sa remarque l'inquiéta un instant : qu'avait-elle vu d'anormal ? Déconcerté, ses yeux fouillèrent le ciel à la recherche d'une chose qui ne serait pas à sa place, sans succès.

« Eh bien, c'est le ciel, rien d'anormal à ça... »

Après un instant de réflexion, il comprit le problème. Bien sûr, Azurias n'avait jamais vu le ciel de nuit. Le noir enveloppant le ciel ne devait pas être bien surprenant, sauf pour quelqu'un qui ne s'y attend pas. Les nombreuses lumières dans le ciel, par contre, devait être une surprise si la jeune femme n'avait pas connaissance des étoiles. On les voyait bien aujourd'hui. Les nuages ne semblaient pas les bienvenues pour le moment.

« Tu ne connais pas les étoiles n'est-ce pas ? Notre monde a beau être sombre, elle nous apporte une part de lumière malgré tout. C'est la lune qui nous en apporte le plus, quand elle est pleine on y voit presque comme en plein jour. »

En parlant, il avait levé la main pour pointer la demi sphère lumineuse du doigt.
"Comme en plein jour" était exagéré, quand on connaît réellement le jour. Rien ne peut remplacer le soleil. Mais pour des Zhakal, cette source de lumière était déjà bien impressionnante.


Code by Joy
Sin of Lust
avatar
Messages : 74
XP : 269
Date de naissance : 21/01/1996
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 21
Localisation : Dans ton c... coffre fort ?
Familier : Un chat, Abruti. Tout est dans le nom.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Aoû - 3:35

Took a little journey to the unknown

Oh the darkness' got a hold on me. I had never been away so long, don't look back those days are gone. Follow me through the endless nights, I can bring your fears to life.
Azurias & Alexander

Il commenta sur sa tendance à l'errance, et la nymphe eut un rire un peu gêné: elle était déjà perdue, inutile de s'en inquiéter. Mais elle n'était pour autant pas désireuse de se perdre davantage. Sorel piailla quelque-chose qui devait être une insulte et qu'elle ne prit pas la peine d'écouter, continuant sa route d'un pas décidé. L'Alfheim se demandait si c'était vraiment la colère ou surtout la peur qui faisait ainsi trembler ses ailes. Elle se demandait ce qu'était ce craquement, tout à l'heure, dans les sous-bois. Elle se demandait si c'était pour ça, qu'il avait l'air d'accélérer le mouvement.

Ou est-ce que les ténèbres ne la rendaient pas paranoïaque ?
Elle aussi tremblait nerveusement

Un soupir qu'elle ne pensait pas retenir lui échappa lorsqu'Alexander assura que ça ne venait pas d'elle. L'atmosphère était bel et bien pesante, le danger omniprésent. Rien à quoi l'herboriste soit le moins habituée du monde. Pas étonnant qu'elle se sente aussi nerveuse, pas étonnant que ce malaise ne la lâche pas. Pas étonnant qu'elle aie tant envie de rentrer.

Avant que l'endroit ne la rende folle elle aussi.

Une grimace pensive froissa ses traits délicats en écoutant le Zhakal parler. Les habitants étaient cinglés. Voilà qui ressemblait de beaucoup trop près aux histoires effrayantes qu'on lu avait contées sur la contrée de l'ombre, étant petite. Enfin, 'petite' n'était peut-être pas le terme approprié, compte tenu de son apparence juvénile. Disons lorsque ses parents étaient encore à ses côtés pour lui apprendre ce qu'ils savaient de ce monde.

Le brun ne remarqua qu'après-coup qu'elle avait touché son bras, et elle nota inconsciemment le morceau d'information. Donc ce n'était pas non plus tout à fait comme un vrai. Le parcourir du bout des doigts ne lui avait révélé aucune forme d'énergie 'naturelle'. Celle dont elle avait l'habitude, celle qui se pliait à sa volonté si elle le souhaitait. Sorel lui avait souvent dit que son second don ne pouvait pas se limiter aux végétaux si elle avait moyen de communiquer avec les animaux, mais Azurias n'avait jamais jugé utile de creuser. Pouvoir faire pousser des plantes médicinales quand le besoin se manifestait, c'était tout ce qu'il lui fallait.

Mais maintenant elle était curieuse
Ce bras était 'mort', comment les Tamaris l'avaient-ils fait fonctionner ?

Ses yeux bleus dévièrent un instant du chemin pour scruter le visage d'Alexander, curieux. Elle avait des questions à lui poser mais elle n'était pas sûre qu'il aie envie d'y répondre.

Comment connaissait-il aussi bien Tamaris ?
Pourrait-il lui expliquer comment fonctionnait cet étrange appareil ?
On peut survivre à la perte d'un bras.. ?

C'était sans doute indiscret, et la nymphe fit preuve d'une curieuse retenue en ne pipant mot, son regard  fixé sur Sorel tout en évitant au mieux les traîtres racines des arbres noirs. Trop de questions d'un coup, ce n'était pas une super idée. Peut-être bien que ça ne l'avait pas vraiment arrêtée avant, mais il avait été question de discuter avec des animaux. Pas des.. gens, disons. Sa timidité avait un curieux fonctionnement, semblant ne vouloir se manifester que dans des situations où elle n'avait certainement pas lieu d'être.

Ils progressèrent en silence jusqu'à ce qu'elle ne s'ébahisse devant le ciel. Il disait que ça n'avait rien d'anormal, et Azurias était convaincue qu'au contraire, il n'avait rien de normal. Elle ne se rendit pas compte du sourire légèrement ému qui étira ses lèvre en voyant enfin une lumière moins vacillante que sa lanterne. Les points s'appelaient des étoiles, lui apprit le brun, et elle en eût immédiatement plein les yeux. Le demi-disque devait être la lune, et il laissa entendre qu'il était parfois complet, éclairant les environs comme en plein jour, piquant sa curiosité.

- Je.. j'ignorais tout ça , peina-t-elle à dire, incapable de cesser de sourire,  c'est beau, c'est tellement beau, je suis presque jalouse de ta contrée Alexander ~ ajouta-t-elle avec enthousiasme


La demoiselle passa une main dans ses cheveux bleus, constatant avec une légère détresse qu'ils n'étaient pas particulièrement ordonnés. Sa course effrénée dans les bois avait fait glisser les rubans blancs qui lui servaient à les garder en place. Ses couettes, précédemment hautes, étaient maintenant basses et à hauteurs inégales. Dans un rare mouvement d'embarras, elle tira sur les noeuds pour les défaire, laissant les longues mèches tomber jusqu'au dos de ses genoux.

Le chaos complet valait mieux que cette parodie d'ordre.

-.. Tu n'es pas devenu fou, à vivre ici ? , lâcha-t-elle avant de remarquer que ça devait avoir l'air soudain, Je veux dire, tu viens de mentionner que les habitants étaient cinglés, et que rien n'était sain, mais tu m'as air.. assez sain d'esprit, justement ..? elle pencha légèrement la tête, plissant les yeux pour scruter son visage sous les rayons de la Lune, Peut-être que tu n'es pas d'ici. murmura la nymphe, presque pour elle-même


Elle devait s'être beaucoup rapprochée en essayant de l'apercevoir dans la faible luminosité, car Sorel quitta son épaule pour battre des ailes contre son front, lui intimant de reculer. La nymphe cligna des yeux, confuse, avant de secouer la tête. Peut-être qu'il n'aurait pas envie de lui répondre. Quelques minutes s'écoulèrent pendant lesquelles elle posa la lanterne pour passer lentement ses doigts dans ses cheveux, défaisant des noeuds de façon approximative. Il y avait bien un peigne en bois sombre gravé de fleurs dans son sac, mais quelque-chose lui disait qu'ici, se poser pour se peigner les cheveux n'était pas terriblement safe. Même accompagnée.

- Je devrais partir mais.. un rire lui échappa, je ne sais toujours pas où on est. Tu m'as déjà beaucoup aidée, je t'en remercie et je ne veux pas abuser de ton temps mais.. ça t'ennuierait de me guider encore un peu ?


Azurias rattachait sa seconde couette en disant ça, faisant courir ses doigts sur son crâne pour vérifier qu'elles étaient correctement alignées. Scruter les environs ne lui apprit rien, le territoire n'ayant rien de familier. Ce n'était pas par ici qu'elle était arrivée, et sa carte approximative lui avait échappé des doigts en essayant de fuir le créature de tout à l'heure. Quelle préparation. L'herboriste inclina de nouveau sa tête en arrière, étudiant chaque étoile avec le même intérêt en attendant qu'Alexander lui réponde. Elle avait l'esprit étrangement en paix depuis que ces lumières étaient apparues, aussi absurde que ça puisse sembler.

Sans doute cela n'allait-il pas durer.


avatar
Messages : 119
XP : 498
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysidia :: Let's play ! :: Zhakal :: Forêt maudite-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit