Mysidia est un forum fantastique/steampunk. Quelle créature et camp allez vous intégrer ?
 

I'm not weird. ... Because we all are [PV Miria]

 :: Let's play ! :: Tamaris :: Iria Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 30 Déc - 22:57

Joben

Mïria

I'm not weird. ... Because we all are.

Aujourd'hui était une belle journée. Une excellente même ! Après être vaguement retourné à l'endroit où tu étais né...Tu avais enfin pus retourner à Tamaris, dans la la maison dans laquelle ton frère et toi viviez à l'intérieure désormais. ... Dans ce monde, c'était presque ton endroit favoris, ton cocon de confort, en quelque sorte.

Chaque pièce pouvait te rappeler un souvenir, au point que tu étais parfaitement capable de pointer l'une d'entre elles et de déclarer en riant "hey nii-san... Te souviens-tu de la fois où tu as trébuché dans la cuisine ? Le contenu de ton assiette s'était retrouvé sur ta tête ! ". Oui, tu avais une bonne mémoire pour te souvenir des... Mauvaises choses, sans doute.

D'ailleurs, en parlant de ton frère....Il était présent actuellement. Tu avais vu son chat roux à lunette, sagement roulé en boule sur le sol...Vite, rejoins par le tien d'ailleurs. Un gloussement t'échappa, alors que tu te mis en quête de ton jumeau....Que tu trouvas sagement enroulé dans une couverture. Tu joignis tes mains ensemble,, observant sagement cet être qui avait la même tête que toi. Le chemin du retour avait dû l'épuisé, au point que celui-ci avait vite fait le chemin entre la porte d'entrée et le lit.

Tu te penchas au-dessus de lui, tendis une main pour lui appuyer sur le bout de son nez, non pas pour le reveiller, mais juste par...Simple...Envie? Tu restes imprévisible après tout. Mais l'idée de le réveiller de force n'entra pas dans ton esprit pour cette fois.

Nii-san n'est même plus capable de m'attendre avant de faire la sieste ! Ha, vilain grand frère !


Et pourtant, le son de ta voix ne montrait aucune trace d'hostilité envers lui. Tu étais la joie personnifié après tout. Il était difficile pour toi de te mettre en colère... Mais tu pouvais aisément le sentir chez les autres à cause de ton pouvoir. Nerveusement, tu jouas avec la croix en fer qui te servait de catalyseur. La serrer dans ton poing te permettait bien souvent de t'apaiser lorsque tu commences à partir dans un questionnement sur ton existence peu utile.

Ton regard se posa sur Ichiroharu, dont la respiration soulevé le drap dans lequel il s'était emmitouflé. Était-il fâché ? Avais-tu mal fait quelque chose ? Pourquoi ? Tu te mordis les lèvres afin de ne plus penser à ce genre de chose. Non-non voyons ! Tu te fais des films, c'est tout.

Peut-être que prendre un bon bain d'air te fera le plus grand bien? Et chassera aussi ce sentiment d'abandon qui grandissait en toi? Tu soupiras, avant de lentement te détourner de ton frère, t'avançant lentement vers la porte. Ton chat ne tarda pas à te suivre, sentant sans doute que quelque chose te tracasser.

Ainsi, tu sortis de chez-toi, pour te perdre littéralement dans cet immense lieu qu'est Tamaris. Empruntant ruelle au hasard, suivant le moindre oiseau... Poursuivant aussi bêtement les animaux randoms qui s'enfuyaient en te voyant. Quelle idée aussi de leur courir après en agitant tes bras en tous sens?

En tout cas, lorsque le soleil commença à se coucher...Tu remarquas bien trop tard que tu étais bien loin de chez toi... Même littéralement ailleurs. Tu fis une drôle de tête, avant de t'aventurer dans les jardins. Étrangement, tu semblas apprécier le paysage qui s'offrait à toi.

Une grimace finit par naître sur ton visage lorsque tu ressentis quelques émotions négatives qui émanée des quelques personnes présentes....Tu ne tarda pas à t'éloigner d'eux vivement, avant de t'adosser à un arbre.

Allez...Il serait temps de reflechir un peu, tu ne trouve pas, Joben?




avatar
Messages : 28
XP : 547
Date de naissance : 18/02/1997
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 21
Familier : Un chat blanc
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 15:50
Ainsi soit-il. Les héros tombent, mais pas l’idéologie. Faire partie d’un tout ne signifie pas mourir en vain, mais donner une histoire, un avertissement et une vision au prochain. Lui montrer le sens de votre vie, de la prise de conscience que le grain de sable peut enrayer le plus grand des engrenages. Cette propagande du sacrifice, Mïria venait de donner une voix, une mélodie à laquelle se raccrocher dans ces moments de doutes et de chaos. Toutefois, donner la vie demande force et énergie, choses qui semblaient se laisser évaporer dans le studio.

Coupez ! annonça le maître de cérémonie. Le silence fut trahi par le brouhaha imposant des figurants et des machines de la production. Mïria, dont le ventre participait au vacarme, se laissa transporté au … buffet. En même temps qu’elle idée que de la laisser donner sans recevoir son poids en mets exquis. Même si la métaphore de guerre sonore embellit le récit, la bataille de la faim elle était bien réelle. Armée de ses doigts agiles, la princesse prit le temps de descendre chaque plat. Rien ne sert de gober son ennemie, lui qui était si délicieux, pourquoi ne pas prendre le temps de savourer sa défaite face à l’implacable faim de cette dernière ?
On fit métamorphoser la pièce. Faire voyager le décor vers d’autres contrées au-delà des portes pour laisser place à un nouveau. Faire apparaître de nouveaux faisceaux de soleil, animer les nouvelles ombres, et ressusciter le silence.
La princesse vit plusieurs fenêtres de fictions avant d’en arriver à mettre un coup fatal à la tablée.

Achevant son adversaire sur une note sucrée, l’attention de la fille se tourna vers l'extérieur.
Le soleil venait à se coucher, donnant une oeuvre éphémère, un tableau de vagues orangé invitant aux horizons lointains. Ce n’étaient pas ceux auxquels livres et romans avaient l’habitude de décrire comme l’infini. Ici, ce sont les murailles, la ceinture de cette immense cité verticale que l’on s'imagine comme objectif. La jalousie de voir cet astre parcourir le monde sans limites… Et en parlant de limites !
Une douleur vive se fit sentir et se propagea. L’heure de pointe se fait sentir pour la ville et pour Mïria aussi. Ce surplus d’informations ajoute un poids qu’elle ne supporte que très rarement. Ni une ni deux, elle prit de quoi se couvrir et fut la plus rapide à fuir les lieux.

Toute haletante, Mïria finit sa course non loin d’un parc urbain. Les efforts sportifs si soudain et pendant la digestion d’un buffet ne lui réussissait guère. Après des minutes de reprise de son souffle, elle se laissa porter par une mélodie. C’est en se rapprochant qu’elle put voir une petite troupe de personnes entourant une petite scène improvisée. Curieuse, enfin surtout portée par le rythme, la musique augmente en cadence et les cuivres commencent leur danse.
Apparition d’homme et d’une femme au milieu de ce spectacle et en un instant, une bulle dansante séparant la princesse du brouhaha du monde et la réconfortant dans cette bulle au combien chaleureuse.



La renaissance d'une héroïne, prenant son courage à deux mains pour se positionner au milieu de la foule et y exprimer sa joie dans une danse énergique.
avatar
Messages : 33
XP : 211
Date de naissance : 29/08/1995
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 18:04

Joben

Mïria

I'm not weird. ... Because we all are.

L'inquiétude d'être dans un endroit qui t'étais si peu connu, ne te rendais pas très service. Mais bien sûr, tu ne le montras aucunement, gardant ce grand sourire sur ton visage, comme si même la pire tristesse de se monder ne pouvait t'atteindre. Comme si tu vivais dans une bulle, loin des problèmes, loin de toutes choses dangereuses et menaçante. Tu es simplement toi. Jobenharu, petit frère et jumeau d'Ichiroharu...Qui avait décidé de faire la sieste. Et toi, tu étais parti comme un imbécile, sachant que d'ici quelques heures, si tu ne rentrais pas...Tu étais presque sûr qu'il allait te retrouver très vite. Tu en gloussas d'avance.

Joyeusement, tu déambulas à gauche et à droite, tandis que ton chat blanc comme un linge, avait fini par sauter sur ton épaule, pour s'y installer. Tu as retroussé tes manches pour le caresser, avant d'entendre de la musique.

Tel un moustique qui est attiré par la lumière, tu ne tardas pas à rejoindre cette zone mouvementée, fixant alors la scène avec grand attention et émerveillement. Que c'était beau ! Tu regrettais que ton frère ne soit pas là. Oh ! La prochaine fois, tu le réveillera et tu le forceras à venir !... Mais quelle bonne idée tu avais eu !

Puis, une demoiselle sembla sauter sur scène, pour s'embarquer dans une danse énergique. Tu restas là à simplement regarder, jusqu'à ce que tout se termine. Tu finis même par applaudir, bien que le bruit ne se faisait pas très bien entendre, à cause de tes mains cachées dans tes manches longues.

Bravo Bravo !


Rigolas-tu, avant de soudainement te mettre à reflechir. Tu ne voulais pas faire quelque chose avant ? Tu haussas les épaules. Tu avais simplement oublié. Bha, ça te reviendras !



avatar
Messages : 28
XP : 547
Date de naissance : 18/02/1997
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 21
Familier : Un chat blanc
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 22:17
C'est après plusieurs minutes de danse frénétique que la jeune princesse sort de la foule pour laisser sa place au suivant. S'isolant non loin d'un arbre, elle put y déposer ses fesses sur l'herbe et y appuyer son dos dessus.
Elle regarda la scène avec joie, la laissant transparaître, et se mise a pensée a ce lieu.

C'était un parc qu'elle voyait pour la première fois: d'épais murs de végétaux bordaient les limites du parc, isolant le plat verdoyant avec en son centre une resserve d'eau calme, un belvédère juste a ses côtés et de petits coins de forêt pour ombrager lorsqu'il le fallait ses promeneurs en quête de quiétude et de sourires.
L'initiative de produire musique et spectacle ne venant que renforcer se désire.

Elle laissa son regard se porter sur ce panorama... apercevant même un petit être isolé du groupe. Elle le prit pour un petit garçon cherchant ses parents au milieu de la foule, ou bien un petit aventurier venu découvrir ce que le parc venait à offrir pour ses visiteurs. Cela aurait pu s’arrêter à cette simple observation, sauf si ce même petit être venait à courir subitement, à travers le parc sans que personne semble s’en soucier.

C'est après quelques secondes de curiosité et d'incompréhension que Mïria décide de partir en petite foulée pour ne pas perdre le garçon de vu, tâche au combien difficile, car la nuit enveloppe petit à petit le paysage. L’inquiétude et la curiosité furent agrandies en entendant les pleurs du fuyard... qui venait de disparaître pour ne laisser qu'une ombre.

Hrp:
 
avatar
Messages : 33
XP : 211
Date de naissance : 29/08/1995
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysidia :: Let's play ! :: Tamaris :: Iria-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit