Mysidia est un forum fantastique/steampunk. Quelle créature et camp allez vous intégrer ?
 

Oserais-tu te retourner ? [Ft. Laeva]

 :: Let's play ! :: Zhakal :: Forêt maudite Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 8 Aoû - 16:34
Après des jours, non... Des semaines d'explorations en Tamaris, pour aller visiter le moindre recoin, s'émerveiller devant la première architecture et recueillir un minimum de savoir culturel de ces lieux, il avait été enfin l'heure pour notre aventurier malgré lui, de partir dans d'autres terres. Et c'était pourquoi il avait convenu de finir son séjour en ce territoire par la citée de Derohas. Cette dernière se trouvant à la frontière de Zhakal, il aurait été plus rapide alors, de joindre cette contrée ténébreuse. Alors, ce fut après une petite pause dans ces lieux pour récolter de l’information, se ressourcer et se faire un peu d'argent par tel ou tel service qu'il était parti. Cependant, bien qu'il commençait enfin à savoir se diriger, il n'en restait pas moins peu doué niveau sens de l'orientation. Et s'il y avait une route bien précise à prendre pour arriver à Zhakal sans problème, il devait l'avoir raté et atterri à un tout autre endroit.
Sans se poser de questions, ses pas s'enfoncèrent dans un étrange domaine recouvert inlassablement de verdure. Les arbres, herbes, buissons, tout ce qui pouvait un peu manquer en la cité architecturale. Un autre élément qui se différenciait de Tamaris était aussi cette absence cruelle de lumière. On pouvait voir, certes, mais tout était bien lugubre. Et par ailleurs, l'ambiance qui régnait sur les lieux l'était tout autant. Neera sentait à peine un souffle malfaisant lui parcourir la peau, et entendait de temps à autres de drôles de bruits, ou de voix se faire à proximité de lui. « Les animaux devaient être bien particuliers », pouvait-il penser, alors qu'il s'agissait plutôt du territoire en lui-même. Malgré ce paysage hostile, l'idée de faire marche arrière ne l'effleura pas l'esprit, étant comme persuadé que le bout de la route le mènerait là où il voudrait. Mais pouvait-il vraiment avoir une fin à cette forêt ?
Alors qu'il commençait à se demander pour la énième fois la direction qu'il pourrait prendre, il sentit un grognement dans son dos, qui ne le fit qu'arquer un sourcil avant de se retourner. Ses yeux se baissèrent sur la créature majestueuse qui le suivait à la trace. Neera pencha la tête, perplexe quant à la réaction de ce loup qui était son familier. La mâchoire de la bête se referma sur la main de notre aventurier, et tout en continuant de grogner, il semblait s'obstiner à le tirer vers une direction.

- Alphard, qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Le loup tira encore un temps, avant de finalement lâcher prise, reculer en grognant dans la direction de Neera mais en fixant un point que ce dernier ne pouvant voir, étant dans son dos. Puis, l'animal détala sans perdre un instant, comme s'il fuyait la peste.

- Je dois avoir l'air bien ridicule de le présenter comme animal de compagnie alors qu'il se fait tout le temps la malle. Conclut Neera posément. Oh... Murmura-t-il en regardant sa main.

Un liquide rougeâtre parcourait maintenant le dos de sa main et s'écoulait le long de ses doigts. Son familier n'y était pas allé doucement. Mais que pouvait inciter autant d'ardeur de sa part ? Pourquoi avait-il aussi vite décampé ? Enfin, le moment n'était pas à ça pour l'instant, Neera finirait par le retrouver tôt ou tard, comme d'habitude. Le loup ne traînait jamais trop loin.
Cependant alors qu'il allait continuer son chemin, il sentit comme une aura maléfique, une entité malfaisante, bien plus pesante que toute cette forêt elle-même. Tout ça, dans son dos, dans la direction que le loup regardait avec rage et terreur. Alors, le jeune garçon se retourna...
avatar
Messages : 49
XP : 186
Date de naissance : 20/02/1997
Date d'inscription : 01/08/2017
Age : 20
Familier : Un loup qui se paume partout...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Aoû - 19:19
Promenons nous dans les bois, tant que le loup n'y est pas ! Ho... quel adorable animal que voilà, tout couvert de fourrure et à la queue touffue. Mais ceci est un loup, c'est dommage. Dans ce cas...

Promenons nous dans les bois tant que la nuit n'y tombe pas ! Tout le monde dit que c’est dangereux la nuit... enfin je crois que tout le monde d'y ça, je m'en souviens plus très bien... alors... mieux vaut sortir en plein jour~ Il fait jour n'est-ce pas ? J'y vois clair mais pourtant, curieusement, les chouettes et les chauves-souris ont les yeux grands ouverts...

Perdue dans la forêt, l'enfant qui s'est réveillée se perd dans ce monde qu'elle ne reconnait plus. Ce monde qui n'est pas celui qui l'a mit au monde mais qui assiste à sa renaissance. Sortant d'une vieille habitation en ruine, cet enfant, toute de rouge vêtue s’émerveillât devant cette forêt sinistre. Elle semblait saisir seulement et uniquement de la beauté dans ces noirceurs ténébreuses et morbides. Aucune crainte, ni peur, seulement une certaine fascination.

La brume laiteuse et douce dissimulait bien des choses, des petits détails perceptible que si l'on s'approche pour les observer et laisser la brume se dissiper tel un emballage de papier cadeau. La lune éternelle de Zhakal laissait ses rayons éclairés quelques regards. Dans les yeux des animaux sauvage se reflétait l'éclat de cette lune maudite et souveraine.


Elle est douce, froide, délicate et fait de jolie forme ! Puis je dessinée un ours dans cette brume ? Ou bien des ailes ?

Tendant les bras, cet enfant aux allures innocente joue avec le brouillard, plongeant dedans, s'agitant à l'intérieur comme si il s'agissait d'un nid douillet dans lequel on pouvait se réfugier. Mais en réalité... un monstre aux yeux écarlate, au sourire carnassier, se plaisant dans la pénombre et l'obscurité de son environnement. Un monstre ne réalisant pas pour le moment que son avenir était dorénavant tracer dans le sang. Le passé était oublier, seul restait ces manigances d'enfant, mais il serait faux de comparé tout enfant à un ange, car celle-ci, riant doucement, n'avait rien d'une créature vous voulant du bien. C'était une vampire et cela malgré elle.

Cette tache rouge, frivole et enfantine joue gaiement dans l'ombre, non loin de ces ruines. Son esprit, aussi insaisissable de cette brume semblait détruit au même titres des ruines dont elle sortait. Et dans ce paysage sombre, elle régnait seule, comme seule et unique tache de couleur, sa robe rouge flottant au gré de la brise glaciale et balayant le brouillard. Mais une autre goutte écarlate vint s'ajouter au tableau. Une goutte qui s’accompagnait d'une odeur précise qui parvint aux narines de l'enfant qui, en presque une fraction de second, devenue monstre.

Sa gorge la serrait, son estomac se tordait, elle se courbât et crispât, ses canines s'allongèrent à leur paroxysme. L'innocente et la gaieté n'avait plus leur place, car cet instinct nouveau et qui lui était inconnu prenait place : La chasse... L'instinct du prédateur et du chasseur qui ne s'accordait guère avec l'allure d'enfant sans défense de la gamine.

Derrière un voyageur, la brume et les broussaille s'agitèrent, jusque ce que finalement en sorte, une enfant aux yeux rouges, à la peau aussi pâle que celle d'un cadavre et cruellement maigre, deux canines était clairement visible et lorsque qu'elle bondit, ses cheveux balayée en arrière par ce mouvement laissèrent dévoiler son cou lors d'une fraction de seconde. Une morsure s'y trouvait... Profonde, salle, répugnante, infectée entachant le corps froid de cet enfant dont le cœur ne battait plus depuis longtemps.  Son regard, rouge sang, était posé sur ce liquide coulant de la main du jeune homme et criait famine ce qui ne pouvait que confirmer qu'une seule chose : Une vampire avait prit en proie le jeune homme dès l'instant ou quelques gouttes de sang se son mise à perler sur la main de ce dernier.
avatar
Messages : 29
XP : 103
Date de naissance : 15/09/1999
Date d'inscription : 14/06/2017
Age : 18
Localisation : Zhakal
Familier : Une chauve-souris
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Aoû - 0:51
Sous cette robuste carapace, Neera n'avait jamais été du genre à vraiment céder sous les émotions. Il était toujours la personne distante, renfermée. Inexpressif. On ne comprenait que très peu ce qu'il pouvait ressentir, s'il ressentait vraiment quelque chose. Les occasions où on pouvait lui arracher un sourire, ou toute autre réaction se faisaient très rares. Si donc, très peu de sentiments ne pouvaient affecter notre aventurier, on pouvait deviner qu'il ne ressentait la peur. Mais dès lors, depuis le début de ce drôle de voyage, les quelques rencontres et situations qu'il avait pu vivre commençaient à faire vibrer quelque chose en lui. De l'affection pour un tel, de la colère pour telle circonstance...
Et de l'angoisse ici.
Si cette obscurité, cette insondable brume, ces différents sons étranges n'avaient jusqu'alors pas eu plus grand effet sur son sang froid que ça, le fait de voir Alphard fuir au loin commençait maintenant à l'alerter de quelque chose. Et ce, surtout au moment où cette sensation chaude lui parcourait la main. Il se sentait en danger, non pas par cette blessure mais... De par quelque chose. Il sentit le frisson glacer son corps. Maintenant seulement, il commençait à regretter ce chemin. Peut-être y'en avait-il d'autres ? Il y en avait toujours d'autres. Dans tous les cas, il se trouvait ici maintenant. Et il devait partir. Où ? Loin. Seulement, cette étrange sensation glaciale selon laquelle le danger était derrière, et qu'il était pratiquement perdu commençait à le ronger de peur.
Mais tout était normal, quoique lugubre. Il voulut se le prouver, et décida d'affronter cette hantise ; se retourner. Il verrait qu'il n'y aurait absolument rien, si ce n'était cette affreuse brume et quelques formes immobiles dedans. Rien d'alarmant. Alors, sans réfléchir, car la réflexion lui aurait fait douté, il fit volte-face, et vit.

Pas un mot ne sortit de ses lèvres, tandis que son expression semblait scellée, comme par habitude. Souffle coupé. Pas le moindre geste. Neera était comme tétanisé. Il voyait. Il la voyait. Mais que pouvait-il vraiment voir ? Un regard perçant, aussi rouge que sanglant, et ce qui semble presque être un sourire malsain, avec deux lames comme crocs briller. Enfin, les traits maléfiques de ce visage se marquèrent en l'esprit de notre aventurier.

Il ne cria pas. Il ne gesticula pas. Il se retourna.
Et alors, se mit à courir de plus belle. Ses jambes fouettaient avec ardeur cette nuée blanche, son visage regardait de droite à gauche guettant une éventuelle sortie. Si elle pouvait exister. Des perles rougeâtres virevoltaient de sa main de temps à autres.
Il avait quitté cet endroit étrangement angoissant, et pourtant, ce sentiment ne le lâchait plus. Il semblait revoir ce regard perçant dans la brume partout où il allait, le cauchemar était à ses trousses.
Cette course sans fin lui aspirait grandement tout son souffle, et son sang-froid se sentait également absorbée. Il n'y avait rien pourtant. C'était comme si sa vie se faisait sucer lentement alors qu'il tentait de se débattre en prenant fuite...
Ses jambes refusèrent peu à peu d'obéir, son corps réclamait une pause, tandis que son esprit était lui bien éveillé par cette terreur... En regardant encore aux alentours, il ne voyait rien. Un rêve. Était-ce un rêve ? Non, un cauchemar, bien sûr qu'il s'agissait d'un cauchemar.
avatar
Messages : 49
XP : 186
Date de naissance : 20/02/1997
Date d'inscription : 01/08/2017
Age : 20
Familier : Un loup qui se paume partout...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Aoû - 21:32
Il court, il fuit, il l'a senti et surtout. Il l'a vue. Vampire sanguinaire et affamée, voilà ce qu'était la créature qui à cet instant, avait poser sur le jeune homme un regard meurtrier. Les buissons s'agitent,
s'affolent, la course poursuite commence. La proie et le prédateur courent tout deux avec panachent à travers la pénombre et la brume qui semblait former des visages ectoplasmiques terrifiant. Cependant,
l’aventurier à de grandes jambes, des jambes solides d'adultes qui ne pouvait être comparable à celle du monstre qui le poursuivait. Elle avait de si petit jambes, des jambes d'enfant, si mince et fragile que petit à petit, le jeune garçon parvint à la semée, mais pour combien de temps ?


Une odeur sucrée, ça me chatouille les narines. J'ai mal aux dents, que ce passe t-il ? Ai-je une carie ? Pourtant cette odeur si alléchante m'appelle. J'ai comme une envie d emordre à pleine dent dans une barbe à papa. Une barbe à papa à la fraise oui... mon parfun préféré, je crois que c'ets ça... mon parfum préféré. Pourquoi me suis-je mit à sourire ? Je ne suis plus très sure de ce que j'ai vue... non j'ai surtout sentie... ho oui... sentie quelque chose d'incroyablement délicieux. Mon ventre gronde, il me fait mal lui aussi. Buh... ho du sirop à la fraise... la parterre...

Sur une feuille morte, une petite goutte de sang. Cette vampire de la dernière lune la prit du bout des doigts et l'amenat vers son visage, reniflant avec envie la goutte pourpre qui y était poser dessus et refermant finalement sa bouche sur la petite feuille en gémissant et mordillant celle-ci avant d ela recrachée et de faire la grimace. Surement venait-elle de réaliser ce qu'elle venait de mettre dans sa bouche...

Ho oui... c'est... c'est.. s.. si bon... gnnn.... mais cette feuille gâche vraiment tout ! Ho... il y en à une autre !

Et elle recommençait, feuille par feuille remontant la piste vers le jeune homme sans vraiment s'ne rendre compte. Les buissons bougeait au fur et à mesure qu'elle avançait, sa proie pouvait la voir, courber en avant, en train de regarder au niveau de ses pieds, sur le sol, pour finalement se retrouver presque à quatre patte pour léchée le peu de feuilles teintés de sang qu'elle trouvait. La morsure à sa main, voilà ce qui l'attirait.

-D'autres feuilles rouge ! D'autres feuilles rouges ! Je veux d'autres feuilles rouges... Encore....

Sa sent, ça envahit mes narines, ma tête tourne, ho non... mon ventre grogne encore plus fort...

10 mètres... 5 mètres... elle peut sentir l’aventurier qui lui, pouvait observé ce qui pouvait sembler comique et pitoyable mais également assez inquiétant. Si elle relevait la tête, aucun doute qu'elle le verrais, et là qui savait comment elle réagirait. Peut-être était-il de reprendre la fuite ou bien... de s'arranger pour que le problème soit... "moins problématique". Après tout, avec toutes ces ronces qu'il y avait dans le coin, il pourrait être assez facile de profiter de sa posture pour la pousser d'un bon coup de pied dans le ventre dans les ronces. Mais cela paraissait cruel d'agir ainsi sur ce qui ressemblait à un enfant. Mais là était la question. Étais-ce un monstre au allure d'enfant, ou une enfant au allure de monstre ?

(sorry du temps j'ai trouver le moyen de me bousiller un bras entre temps >>)
avatar
Messages : 29
XP : 103
Date de naissance : 15/09/1999
Date d'inscription : 14/06/2017
Age : 18
Localisation : Zhakal
Familier : Une chauve-souris
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Sep - 2:59
Un bruit. Une voix. Qui avait parlé ? D'où cela venait-il ? Neera se retourna dans tous les sens. Cette voix aiguë, perçante. Ce cri. Cela n'échapperait à personne. Sûrement pas dans une situation aussi angoissante. Mais d'où... De qui. Ou... De quoi ? Si on pouvait l'entendre, c'est que c'était tout près. Quelque chose traînait tout près de lui. Cette fameuse silhouette, ce visage, peut-être. Et qu'avait-elle dit, cette voix ? Il n'avait pu en comprendre les mots, ni le sens. Et devait-il répondre de toute façon ?

Là-bas. Neera se tourna une énième fois et aperçut la créature en question. Ses yeux ne pouvaient plus quitter cette chose. Un corps courbé, presque à même le sol qui semblait suivre pas à pas le sol en sa direction. Cette position étrange, et inquiétante à la fois. Qui donc aurait pu réussir à retrouver sa trace, et par quel moyen ? Puis, le garçon aperçut comme une petite traînée rouge non loin de lui qui lui mit la puce à l'oreille. Son sang, vraiment. Était-ce réellement ce qui avait pu le griller ? Et qui pouvait attirer cette chose à lui ? Il n'était plus vraiment temps de songer à ce genre de choses. Neera ne parvint pas à régulariser sa respiration, ni même vraiment à se concentrer. Devait-il se battre ? Au final, cela semblait être une simple petite fille. Il ne devait pas y avoir de risque alors. Mais était-il vraiment moral d'attaquer, même en temps que légitime défense ? Il tentait de retrouver un semblant de lucidité en s'enfonçant dans le crâne qu'il ne s'agit que seulement, et uniquement d'une gamine.

Les lieux étaient parcourus de part et d'autres de ronces dont les épines faisaient presque concurrence avec les crocs de son loup. Le terrain aurait était parfait et assez expéditif pour un combat. Quoique, bien trop radical et dangereux. L'homme commençait à reculer, au fur et à mesure qu'inversement, cette chose approchait. Il n'était pas résolu à riposter. Était-ce vraiment une forme d'empathie ou tout simplement de la peur qui le lui empêchait ?

- Stop. Non. N'approche p...

Alors, il retint une exclamation lorsqu'il sentit son corps chuter en arrière. Et se retenait maintenant de hurler de douleur en sentant comme de fines lames lui meurtrir les jambes, puis tous le reste du corps. Il se remua de plus belle, tenta de se relever. Des ronces. Encore un bordel de ronces. Qui lui avait fait encore bien plus de blessures que son propre animal. Et voilà qu'il sentait que de nouvelles plaies venaient de s'ouvrir, un peu partout sur ton corps. Quelques unes firent alors perler de nouvelles gouttes.
Et à ce moment, tentant de se sortir de tout ça, il sentit une jambe engourdie, coincée sous une ronce qu'il ne parvenait pas à faire bouger. Sur le ventre, son visage était tourné vers Elle.

- Arrête toi là. Lança-t-il d'une voix ferme.

Mais avait-il vraiment encore tout le contrôle, dans une telle situation ? Plus aucune défense ne pouvait se faire. L'attaque, peut-être. Même captif de cette végétation meurtrière. Il commença à lever un bras au ciel obscure, dont il ne pouvait même pas observer les étoiles. Elles n'étaient pas visibles, mais elles seraient là. Et elles étaient alors sa seule chance, si jamais il se passerait quelque chose.

Allait-il se passer quelque chose ?


(Dit et re-dit m'enfin : paaas de problème, t'inquiète !)
avatar
Messages : 49
XP : 186
Date de naissance : 20/02/1997
Date d'inscription : 01/08/2017
Age : 20
Familier : Un loup qui se paume partout...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 1:55
- Arrête toi là. avait-il dit. Mais la faim pouvait-elle réellement être arrêtée ? La vampire c'était approchée s'arrêtant juste au bord du parterre de ronce, hésitant à avancer jusqu’à risquer de se faire piquer par les épines. Mais l'appel du sang était si fort. L'enfant tremblait, fixait la couleur écarlate du sang comme si elle en était hypnotiser.

-Tu n'es pas une feuille. Mais... tuas la même odeur... je... je veux plus.. de... de feuilles rouges.... rouge... rouge....

Étendu sur un lit de ronce qui le blesse mais qui m'empêche également de trop l'approchée. J'ai observée cette personne qui me dévisageait l'air effrayée. Je trouvais son visage merveilleux, mon cœur s'emplissait de joie alors, il j'ai voulus partager mon bonheur, je lui est donnée un sourire car j'avais crus remarquer que c'était quand je souriais qu'il prenait cette expression si amusante qui me faisait plus grand plaisir.

L'enfant vampire. Le monstre dans son innocente souriait face à la douleur de sa proie sans pour autant réaliser le sens de ses propres actes. Quand le jeune homme tendis la main vers le ciel la vampire, elle, tendis sa main pour saisir la sienne et fut prise d'un léger sursaut en sentant la chaleur contre sa paume. La main blessée et couverte de sang dans la sienne pâle et froide, elle ressentie cette chaleur qu'elle n'arrivait plus à qualifier ni à reconnaître. Elle semblait ignorer que sous ses doigts se trouvait se qu'elle avait perdue. "La vie qui coule dans les veines".

-C'est chaud... brûlant... tu as de la fievre... peut-être est tu malade. Tu devrais... rester... au lit. Néanmoins... ton lit est plus appréciable que le mien. On peut voir les jolies nuages galopés dans le néant qu'est ce ciel infiniment sombre. Gnnn... chaud... si chaud...

Finalement elle décidé de lâcher la main, continuant de regarder le jeune homme pour au final tourner son regard vers sa main qui c'était teinter du sang de l'aventurier en raison de sa blessure.

-C'est... rouge... comme les feuilles d'automnes que j'ai suivie et qui m'on conduit jusqu'a toi... ça sens... si bon...

Délicieux, envoûtant, et plus encore. La jeune vampire se léchait maintenant la main comme une enfant savourerait une sucrerie. On pouvait lire à son visage qu'elle avait l'air heureuse, qu'elle semblait aimée ça. Mais cela ne faisait que rendre la situation plus dangereuse. Combien de temps ça allait lui prendre de réaliser qui lui suffirait de mordre tel une bête féroce dans la chair de l'aventurier pour lui aspirer tout son sang ?
avatar
Messages : 29
XP : 103
Date de naissance : 15/09/1999
Date d'inscription : 14/06/2017
Age : 18
Localisation : Zhakal
Familier : Une chauve-souris
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysidia :: Let's play ! :: Zhakal :: Forêt maudite-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit