Mysidia est un forum fantastique/steampunk. Quelle créature et camp allez vous intégrer ?
 

Set my sights on the setting sun ft. Neera

 :: Let's play ! :: Tamaris :: Derohas Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 8 Aoû - 6:30

Set my sights on the setting sun

We rip the start, the colors disappear. I never watch the stars: there's so much down here. So I just try, keep up with them red, orange, yellow flicker beat sparking up my heart.  
Azurias & Neera

Dehoras n'était pas sa ville préférée, Azurias l'admettrait sans mal. Au loin, les cieux étaient toujours sombres comme la promesse d'une tempête, l'atmosphère lourde et les regards parfois pesants. Ses cheveux bleus et oreilles pointues attiraient l'attention, aucun doute possible. Ca ne la peinait pas, bien que sa timidité lui fasse monter le rose aux joues lorsqu'on la fixait trop longtemps. Elle sentait clairement que ça n'avait rien d'admiratif, ce qui ne l'empêchait pas d'être embarrassée. Ici, avait-elle appris récemment, on craignait une invasion venue de Zhakal, à cause de la proximité de la frontière. La méfiance était donc de mise envers toute personne n'étant explicitement pas Tamaris.

Ce n'était pourtant pas faute d'être pacifique
Inoffensive, diraient même certains
(mais peut-être ne devraient-ils pas s'avancer)

Toujours flanquée de son canari d'une méchante humeur, Azurias jetait de fréquents coups d'oeil vers les cieux sombres de Zhakal à l'horizon. Après y être allée (et s'y être perdue), l'endroit la rendait moins appréhensive, mais une once de curiosité persistait. Ces étoiles, comme les avait appelées Alexander, elle aurait aimé les observer plus longtemps. Il y avait quelque-chose de fascinant dans ces points lumineux au milieu d'un océan d'obscurité. Peut-être qu'elle resterait debout quelques temps avant d'aller dormir, une fois la nuit tombée.

Généralement elle fuyait les ténèbres dans les bras de Morphée
Mais cette vue valait peut-être le coup d'oeil

L'Alfheim s'arrêta devant la boutique à la devanture décrépie. Un apothicaire, apparemment ça ne se faisait plus beaucoup en Tamaris. Mais Dehoras n'étant pas très avancée en comparaison avec les deux autres ville majeures, on y trouvait encore quelques commerces proches de ceux de chez elle. 'Vieillots', diraient certains Tamaris. Mais la nymphe les trouvait charmants.

Une clochette tinta lorsqu'elle ouvrit la porte, et une odeur de plantes médicinales ne tarda pas à l'envelopper. C'était presque la même que celle de son sac en bandoulière. Mais lorsqu'elle parcourut la pièce des lieux, seuls des bocaux, sachets de plantes séchées et un chat écaille en surpoids l'accueillirent. La gérante de la boutique était apparemment absente, son familier lui jeta un regard ennuyé avant de lâcher un bâillement. Ses yeux passèrent brièvement sur Sorel mais même l'oiseau ne l'intéressait pas.

- Mh, elle aurait pu me laisser une note. marmonna la nymphe en croisant les bras


Faute de mieux elle ressortit, promenant son regard sur Dehoras au crépuscule. Azurias ne connaissait pas la ville, difficile de savoir qui serait au courant des déplacement de l'apothicaire. Elle se balança d'avant en arrière quelques secondes, confuse et perdue, se demandant s'il serait sage d'attendre ici ou de se mettre à la recherche d'un point d'eau et en attendant le lendemain. Sorel lui disait de demander à quelqu'un mais elle restait désespérément hésitante. Pas assez sûre d'elle.

Mais son familier n'était pas de cet avis
Il alla assez littéralement voler dans les plumes du premier venu

- Sorel, par pitié ! soupira-t-elle en courant dans sa direction, Désolée, désolée, j'ai besoin d'aide en fait.. s'empressa-t-elle d'expliquer


Elle chassa le canari d'un mouvement du poignet avant d'adresser un sourire mal à l'aise à son interlocuteur. La nymphe laissa son regard courir de ses cheveux sombres à son visage plutôt inexpressif. Jamais vu, comme la plupart des tamaris qu'elle croisait à vrai dire. Elle fit mine d'épousseter ses épaules là où l'oiseau l'avait picoré avant de reculer un peu.

-Dis-moi.. tu es d'ici ? demanda-t-elle avant de désigner la boutique, Je cherche l'apothicaire, en fait.. oh, et je suis Azurias, enchantée et encore désolée. ajouta la demoiselle sans le quitter du regard


Peut-être que même s'il ne pouvait pas l'aider, elle n'irait pas se coucher tout de suite. S'il était relativement enclin à la discussion. Elle mentirait en prétendant avoir eu un voyage facile, ces derniers jours, et parler à quelqu'un d'autre que son canari irritable serait sans doute aussi reposant qu'une nuit de sommeil.

Du moins, si son once de nervosité lui laissait du répit.

avatar
Messages : 120
XP : 635
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Aoû - 14:39


SET MY SIGHTS ON THE SETTING SUN
Bien que les lieux avaient tout à envier des villes voisines, Derohas n'était pas démunie de splendeur et avait un charme bien à elle. De plus il en fallait tellement peu pour attiser la curiosité d'une personne aussi ignorante que Neera, que cela ne changea que peu de choses pour lui. Cependant, il ne pouvait mentir sur le fait que ces quartiers étaient bien moins enrichis et attirants, et il se contentait de passer d'un endroit à l'autre sans trop s'approcher des quelques petites perles architecturales placées ici et là.
Il avait du bien se perdre deux-trois fois avant de commencer à mémoriser les lieux. Ici, il y avait une bonne auberge où pouvoir loger cette nuit, là-bas un petit commerce, de quoi pouvoir refaire son inventaire avant de partir... Et plus grand chose d'autre à part ça. De toute façon, bien qu'il avait l'envie de connaître le moindre de recoin de Tamaris, il était tout de même venu le moment de changer de terrain. De plus, il estimait avoir plus ou moins fait le tour de cet endroit majestueux. Et c'était la raison pour laquelle il se trouvait maintenant en Derohas, ville frontière de la contrée de la nuit : Zhakal. Il n'avait pas vraiment de plan pour la suite. Pas plus qu'il en avait lorsqu'il avait mis les pieds en Tamaris. Et pas plus qu'il en avait lorsqu'il avait mis les pieds hors de ses souterrains. Il irait là-bas, et verrait. Il ne savait même pas si l'endroit pouvait lui être dangereux, du fait qu'il pouvait ne pas venir de là-bas, mais au moins, il finirait par le savoir ! Et quand bien même, avec les dernières semaines passées hors de chez lui à en voir de toutes les couleurs, il commençait réellement à avoir comme une soif continuelle d'aventure, de danger. Et de toute façon, son voyage s'était à peu près bien passé, pour l'instant...

C'était donc les idées dans le vide qu'il s'avança hasardeusement dans cette ville. Passant d'une rue à une ruelle, s'arrêtant quelques secondes lorsqu'il voyait une construction inconnue... Puis, pour la troisième ou quatrième fois de la journée, il se rendit compte que tel chemin ne menait pas à tel lieu, qu'il ne se souvenait plus de cette rue... Et qu'il venait au final encore de se perdre. Ce fait lui arracha un soupir, et il tenta de rebrousser chemin, histoire de retourner vers un endroit qui lui parlerait un peu plus. Une chose était sûr, avec une mémoire et un sens de l'orientation pareils, il n'était pas prêt de retrouver son chez lui, s'il en aurait l'envie.  
Ça tombait bien, il n'y comptait pas.

Ses pas s'arrêtèrent brutalement lorsqu'il ressentit comme un projectile lui rentrer dans l'épaule. Lorsqu'il se retourna pour voir de quoi il s'agissait, un drôle d'oiseau se remuait juste devant lui. Il n'avait pas autant d'allure que toutes les créatures qu'il avait pu voir jusqu'à présent, néanmoins, il était particuliers. Mignon peut-être ? Ce genre de qualificatif n'était que très rarement utilisé par Neera.
Une voix aiguë suivit cette drôle de rencontre, et une jeune fille apparut. Si ces traits fins, cette chevelure d'un magnifique bleu océan ou cette peau délicate devait probablement attirer bien des regards, ce ne fut que la pâleur de cette peau qui retint un instant l'attention de notre voyageur. Cela sonnait comme un « tiens, une peau aussi blanche que la mienne », ainsi que d'une réflexion sur l'identité de son interlocutrice. Puis, ses idées passèrent de suite à autre chose. Par ailleurs, l'inconnue s'excusa et vint tapoter son épaule, qui en était la cible de ce drôle d'oiseau. Puis, prenant un peu de recul, elle l'interrogea sur sa provenance, et si il savait par tout hasard où pouvait se trouver l'apothicaire. Neera ne vit pas le lien évident entre ces deux différentes questions, et que la jeune fille essayait en fait de se renseigner auprès d'une personne qui, elle espérait, vivait ici.

- Non, je ne suis pas d'ici. Répondit-il sans ajouter la moindre information. L'apothicaire. Oui, je me souviens, il y en a ici. C'est là-bas. Ajouta-t-il en pointant du doigt une direction. Ah non, plutôt là. Continua-t-il avant de montrer la direction inverse. Ou peut-être par là. Bon je vais voir.

Alors, c'était presque en coupant net la conversation qu'il commença à partir vers une direction, sans même inviter son interlocutrice à le suivre. Mais, comme il l'avait précisé, partant voir si l'apothicaire se trouvait vraiment de ce côté là, Neera s'attendait peut-être à ce qu'elle le suive...
avatar
Messages : 89
XP : 302
Date de naissance : 20/02/1997
Date d'inscription : 01/08/2017
Age : 20
Familier : Un loup qui se paume partout...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Aoû - 21:12

Set my sights on the setting sun

We rip the start, the colors disappear. I never watch the stars: there's so much down here. So I just try, keep up with them red, orange, yellow flicker beat sparking up my heart.  
Azurias & Neera

Par chance, son interlocuteur ne semblait pas trop en colère contre Sorel, mais ça n'empêcha pas la nymphe de jeter un regard noir à son canari tandis qu'il revenait se poser sur son épaule. Si l'oiseau l'avait souvent tirée de mauvais pas, difficile de nier qu'elle avait parfois peur que son impulsivité ne le mette en danger. Il avait beau se la jouer peu impressionné, Sorel restait un canari qui tenait dans la paume de sa main sans difficulté.

Il n'était pas d'ici
Elle eut une petite moue

Voilà qui n'allait pas vraiment l'aider, peut-être devrait-elle simplement demander au Tamaris qui tenait la boutique voisine. Il aurait sans doute remarqué si l'apothicaire était partie, peut-être même lui avait-elle demandé de surveiller les lieux. La nymphe secoua la tête: c'était stupide de ne pas y avoir pensé plus tôt, maintenant elle importunait des inconnus au hasard.

Enfin, Sorel les importunait

Mais l'importuné en question semblait vouloir l'aider, et c'est avec un sourire curieux que l'Alfheim laissa ses yeux glisser sur lui une fois de plus lorsqu'il se remit à parler. Il y en avait ici. Elle eut un rire en soufflant que oui, ils étaient juste devant, mais n'eut pas le temps de préciser qu'elle cherchait la personne. Pas le magasin. Visiblement confus, le brun lui indiqua une direction, puis l'opposée, avant de dire qu'il allait voir.

Vraiment ?
Il était plus perdu qu'elle

L'herboriste le regarda marcher d'un pas décidé quelques instants sans comprendre avant de réaliser qu'il n'avait visiblement pas saisi l'objet de sa requête. Lui emboîtant le pas à la hâte, Azurias bégaya plusieurs fois, essayant de formuler quelque-chose de cohérent. Qu'essayait-elle de dire, exactement ? La bleue s'accrochait à l'anse de son sac en bandoulière tout en pressant le pas, peu désireuse de perdre l'inconnu de vue. Les piaillements de son familier ne l'aidaient pas beaucoup à se concentrer et en désespoir de cause elle finit par s'accrocher à l'avant-bras de son interlocuteur.

- Un instant ! s'écria-t-elle, reprenant son souffle Juste.. un instant, je crois.. que tu as mal compris. articula la nymphe


Elle leva une main, faisant signe de patienter avant de lâcher un rire légèrement embarrassé.

- Nous étions devant le magasin de l'apothicaire tout à l'heure, quand je t'ai arrêté, expliqua-t-elle, ce n'est pas la boutique que je cherche mais la femme qui la tient: elle n'y est pas et je dois lui livrer des plantes. Désolée, j'aurais dû être plus explicite. s'excusa la demoiselle


Réarrangeant ses couettes un peu défaites par la précipitation de tout à l'heure, l'herboriste observa son interlocuteur encore quelques secondes. Pas d'ici, pourtant il avait l'air d'un Tamaris. Peut-être n'habitait-il pas Dehoras: la ville n'attirait apparemment pas beaucoup de monde. Sans doute la proximité de la frontière avec Zhakal.

- Mais je suppose que tu ne sais pas, si tu n'habites pas ici.. fit-elle en haussant les épaules, Ca peut attendre demain, je suppose.. Comment tu t'appelles ? Enfin, si tu as le temps de discuter. ajouta la nymphe, hésitante


avatar
Messages : 120
XP : 635
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Sep - 2:08


SET MY SIGHTS ON THE SETTING SUN

D'un pas presque hasardeux mais déterminé, Neera tentait tant bien que mal de trouver ce qu'il lui semblait être l'endroit demandé. Il était cependant tellement tête-en-l'air qu'il n'avait pas remarqué qu'il s'agissait de celle se trouvant à quelques mètres de lui lors de sa rencontre avec l'inconnue. Ou avec son canari, du moins.
Alors qu'il était prêt à visiter une énième fois les divers quartiers de la citée à la recherche de cette fameuse apothicaire, il entendit dans son dos la voix de la fille, et des piaillements. Cela ne l'arrêta pas, tant il était concentré sur le chemin. Cependant, lorsque Azurias lui dit d'une voix ferme qu'il y avait erreur, ses pas s'arrêtèrent net. Il pensa alors vraiment s'être encore trompé de chemin... Lorsque celle-ci lui expliqua qu'elle n'avait nullement besoin de trouver la boutique... Qui par ailleurs se trouvait juste à côté d'eux, mais qu'elle cherchait en fait celle qui tenait les lieux.

- Ah. Donc je m'étais bien trompé de chemin. Conclut simplement le garçon.

Il la laissa finir ses explications, faire ses excuses et se recoiffer. Il n'avait rien à ajouter. Lorsqu'elle continua la conversation, il répondit, d'une voix toujours neutre :

- Hm. Moi, c'est Neera. Du coup non, je ne sais pas. Je pourrais peut-être chercher. Mais je ne sais pas à quoi elle peut bien ressembler. Des fois, quand je perds des trucs, ou quand je perds des gens de vu, mon loup m'aide à les pister. Mais il n'est pas là. Il n'est jamais là, d'ailleurs. Il se balade un peu partout, je n'arrive jamais à le suivre. C'est pourtant à l'animal de suivre son maître. Quelle ironie... Bref. Je ne sais pas où elle est, l'apothicaire. Ah mais pour le coup maintenant, je sais où se trouve l'apothicaire. Le lieu bien sûr. La femme, aucune idée.

Neera avait toujours cette façon spéciale de lui dire ce qui lui passait par la tête, avec un ton pourtant si monotone que cela semblait presque étrange tellement il semblait simple. Il ne se rendait pas même compte que ses propos pourraient paraître assez particulières, et que toute chose n'était pas forcément bonne à dire. S'il ne perçut pas qu'Azurias tentait de faire la conversation, certains points qui l'intriguaient le poussaient à continuer celle-ci.

- Mais attends. Tu vas offrir des fleurs à une amie apothicaire ? C'est généreux, je crois. Néanmoins, l'apothicaire, ce n'est pas celui qui se sert des fleurs et plantes pour en faire diverses choses ? Tu ne risques plus de les revoir du coup, tes fleurs ! C'est tout de même triste, ce qu'on peut faire, à la nature. Moi, j'aime bien l'admirer sans y toucher, c'est le plus sain, je pense.

Depuis sa sortie des souterrains, l'hybride était devenu assez vite réfléchi, curieux de ce nouveau monde qu'il découvrait un peu plus chaque jour. Ce qui au final, le rendait presque bavard. Le poussant même à raconter beaucoup trop de choses ou poser un trop plein de questions, qui pourrait le faire facilement passer pour une belle andouille pour les habitués des lieux. Cela lui avait poussé à faire certaines rencontres pour avoir telle ou telle information, et là encore, qui sait ce qu'il pourrait apprendre que ce soit sur l'endroit ou sur son futur passage à Zhakal.

- Ah. Du coup, tu ne viens pas d'ici non plus, si je suis ta logique ?
avatar
Messages : 89
XP : 302
Date de naissance : 20/02/1997
Date d'inscription : 01/08/2017
Age : 20
Familier : Un loup qui se paume partout...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Nov - 15:42

Set my sights on the setting sun

We rip the start, the colors disappear. I never watch the stars: there's so much down here. So I just try, keep up with them red, orange, yellow flicker beat sparking up my heart.  
Azurias & Neera

Entendant ses mots, le brun ne tarda pas à s'arrêter, réalisant son erreur d'une voix monotone qui poussa la nymphe à brièvement se demander si elle n'avait pas été un peu brusque. Elle avait souvent tendance à l'être, en soi, agissant sur des coups de tête plus qu'avec une réflexion attentive. Ses yeux bleus étudièrent son expression neutre un moment avant qu'elle n'en conclue qu'il était simplement tout le temps comme ça et pas particulièrement agacé par son comportement. Certains étaient rapidement épuisés par un tel surplus d'énergie, et si l'Alfheim ne saurait leur en vouloir, ça ne l'empêchait pas d'être légèrement attristée. Elle ne comprenait pas. Elle aimerait qu'ils s'entendent quand même.

Trop curieuse d'en apprendre le plus possible,
trop d'étoiles dans les yeux pour ne pas être régulièrement éblouie

trop naïve pour penser qu'une telle attitude pourrait la mettre en danger

Il s'appelait Neera, et la demoiselle hocha la tête avec enthousiasme à sa réponse, lui adressant un sourire radieux accompagné d'un "enchantée" aussi sincère qu'à l'accoutumée. Lui arrivait-il de ne pas être enchantée ? Moins souvent que la normale, semble-t-il. La partie sur un loup qu'elle supposa être son familier lui arracha un sourire presque mélancolique. Les loups étaient des animaux que la bleue appréciaient particulièrement, que ce soient ceux de la meute d'Ethos ou en général. Sans doute avait-elle vécu assez longtemps en leur compagnie pour ne simplement pas craindre les prédateurs, trop occupée à apprécier la douceur de leur fourrure et la puissance de leurs mouvements. Elle n'avait jamais aimé voir la meute chasser, encore moins les accompagner, mais ça ne voulait pas dire qu'ils lui faisaient peur.

Pas quand il y avait moyen de leur parler
..contrairement à celui de la forêt maudite

(parfois elle en faisait des cauchemars)

- Eh bien, au moins tu sauras où aller si tu as besoin d'un remède.  conclut la nymphe avec un rire


Elle se garda de demander s'il s'en souviendrait, parce que le jeune homme semblait avoir tendance à ne pas prêter attention aux détails, mais peut-être faisait-elle erreur. Disons simplement que ne pas remarquer la boutique de l'apothicaire alors qu'ils étaient juste à côté lui semblait être un indice assez parlant. Le soleil descendait toujours et ses traits se floutaient de plus en plus avec les ténèbres, rappelant à Azurias qu'elle était loin de sa contrée. Un frisson glacé courut dans son dos, et elle agrippa sa propre épaule d'une main, se forçant à l'ignorer.

Elle n'avait pas peur du noir.
Il n'y avait pas de raisons d'avoir peur.

Pas quand Dehoras avait un éclairage nocturne pour permettre aux Tamaris de voir où ils allaient.

- Quand j'offre quelque-chose, je ne m'attends pas à ce qu'on me le rende, fit-elle avec un sourire lorsqu'il mentionna les plantes, Tu as bon coeur Neera, personne ne pense à ça généralement.. même si je ne comprends pas vraiment pourquoi ça ne semble pas évident. ajouta-t-elle, une expression confuse passant sur son visage


Abîmer les fleurs semblait être le cadet des soucis de la personne moyenne, mais le brun venait de piquer son intérêt. Serait-il possible qu'il s'agisse d'un nix ? Mais elle ne voyait pas d'oreilles pointues, et la couleur de ses cheveux serait hautement habituelle, aussi cette théorie passa-t-elle rapidement à la trappe. Bien sûr qu'elle ne les reverrait jamais, si ses plantes servaient à faire des remèdes, mais Azurias avait tendance à ne plus s'inquiéter de ces détails. Elle les remerciait pour leurs services à chaque fois qu'il lui fallait les couper, les écraser ou les cuire pour la confection de médicaments, mais sa culpabilité était passée à un minimum.

Il fallait souvent sacrifier une chose pour en obtenir une autre
(c'était souvent plus facile à dire qu'à faire)

- Tant qu'il est question de plantes, je répare facilement le mal que je fais. Attends, je devrais avoir de quoi te montrer.. assura-t-elle, pensive


Glissant sa main dans une pochette à sa ceinture, elle chercha toucha les graines du bout des doigts. Des plantes trop rares pour les perdre en une démonstration. La nymphe changea de poche alors qu'il concluait qu'elle n'était pas d'ici non plus. Un sourire étira ses lèvres roses: perspicace, ce n'était pas complètement désagréable.

- Tu as raison, je suis d'Alfheim mais je voyage en Tamaris régulièrement. Je suppose que tu voyages aussi, ça fait longtemps ?


Elle ignora les baies séchées: les murons et l'if n'étaient pas inoffensifs, et elle ne voulait pas que le brun se sente agressé. Lorsque ses doigts passèrent sur des graines de bégonias, Azurias en saisit quelques unes avant de tendre sa main devant elle, paume vers le ciel. Pas besoin de terre, d'eau ou de soleil quand elle nourrissait les végétaux avec sa magie, et elle les sentait prêts à lui répondre immédiatement.

- Tiens, regarde.. Ce que je coupe, je peux généralement le remplacer, alors j'imagine que la nature ne m'en veut pas trop. fit-elle avec un sourire


Sur ces mots, la nymphe fit courir son second pouvoir dans les graines qui ne tardèrent pas à s'éveiller. Des racines s'enroulèrent autour de son poignet tandis que les tiges sortaient de leur protection à une vitesse tout sauf naturelle. Des feuilles s'étendirent avant que des fleurs aux pétales rouge sang ne fassent leur apparition, contrastant avec leur coeur jaune de pollen. Elle caressa les pétales délicats de sa main libre, insensible à la façon dont les racines l'enserraient un peu fort, puis tendit le végétal vers Neera.

- C'est un pouvoir pratique pour une herboriste, mais j'avoue que parfois je l'utilise simplement pour m'amuser. Les zones sans plantes me rendent souvent un peu triste. admit-elle ne haussant els épaules


avatar
Messages : 120
XP : 635
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 19
Familier : Sorel; un canari deadpan snarker qui lui évite bien des emmerdes ~
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
A head full of dreams
I’m ready to run through the heat of the sun. Can’t do it alone, can't do it alone. I’m ready to hope, swing me out of the low. Wide awake in the glow, can't do it alone. I’m ready to fly, uncover the light, impossible heights ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Nov - 17:45


SET MY SIGHTS ON THE SETTING SUN

- Réparer le mal que l'on fait... ? On ne peut jamais vraiment réparer quelque chose. Ou peut-être, mais il y aura toujours des séquelles. Mais les plantes... ça ne peut même pas se réparer. Lança-t-il, lorsqu'elle prétendait pouvoir arranger le tout.

Si bien sûr, elle parlait plutôt du fait qu'elle allait utiliser une magie ou un quelconque autre procédé pour pouvoir changer ses faits, Neera pensait qu'il s'agissait du sens strict et propre du terme ; Il se mettait alors à penser à toutes les fois où il avait pu briser bon nombre d'objets, et dont il était bien sûr incapable de réparer, avec une magie ou même tout le matériel nécessaire.
Elle semblait chercher quelque chose dans une de ses poches, Neera continuait de la regarder d'un air évasif. Jusqu'au moment où le mot "Alfheim" sortit de la bouche de son interlocutrice, lorsqu'elle disait venir de là. Il eut comme une étincelle dans ses grands yeux. Bien sûr que ce nom ne lui était pas inconnu ! En tant que voyageur, il avait des destinations bien précises en tête, et celle-ci devait être la première... Non seulement car il en avait lues et entendues, des jolies choses sur cet endroit, mais aussi pour des raisons un peu plus personnelles. Il savait qu'il devait s'y rendre, tôt ou tard. Il avait déjà bien traîné dans la vie jusque là. Sans doute, avait-il essayé de vivre sa vie en reniant ses origines, en s'empêchant de vraiment essayer de se questionner sur ce qui avait pu être sa famille. Mais finalement, année après année, quelque chose le tirait lentement ailleurs. Et le voilà en Tamaris, premier pas de ce long voyage, qui, il espérait, le guiderait un moment en Alfheim. Et plus particulièrement à des personnes en particulier.
Ce fut en ne serait-ce que quelques secondes que Neera plongea dans ces pensées lointaines, lorsqu'il apprit qu'elle venait de là-bas. Alors, se dépêchant de répondre comme pour masquer le petit blocage qu'il avait pu avoir ;

- Oui, je suis un voyageur ! Et pour le coup... ça doit faire trois-quatre jours. Peut-être cinq. Ou plus. J'ai perdu le compte. Et aussi la direction d'où je venais.


Il s'apprêtait à lui poser des questions basiques sur les lieux d'où elle venait, en particulier sur le chemin, le trajet... Mais elle enchaîna ; lui dévoilant le contenu de sa main, elle expliquait ce qu'elle pouvait faire... Ce qui ne semblait pas encore faire sens à Neera.

- Oh ! ça se mange ? J'ai faim.

Lui qui disait qu'il était triste de toucher à la nature...
Ignorant ses paroles, Azurias joua de sa magie. Une aura s'émana de ces graines, des racines se formèrent et saisirent le bras de sa créatrice, tout évoluait à une vitesse anormale. Puis, ce fut aux délicates pétales couleur vermeille de trouver leur place et de s'ouvrir. Notre jeune homme n'avait certes aucune connaissance et très peu de goût en ce qui pouvait concerner les plantes, il semblait comme surpris et émerveillé face à cette démonstration de magie, et surtout au résultat qu'il en a abouti.

- Elle est jolie. Elle sent bon en plus. Tu peux créer ça partout alors ? Des arbres aussi ? Tu as déjà fait un bouquet ? ça a l'air génial.

Du bout des doigts, Neera effleura la plante. Il était à la foi émerveillé face à cette création mais aussi quelque peu envieux, à l'idée que ses pouvoirs à lui n'auraient jamais ce genre d'utilité ni cette beauté. En soi, il était des fois satisfait et se sentait à l'abri, avec des capacités comme les siennes, mais à quoi bon lorsque l'on veut plutôt rester tranquille et éviter le moindre conflit ?

- Alors tu voyages pour créer un peu de floraison, c'est ça ? Tenta-t-il d'une façon hasardeuse.
avatar
Messages : 89
XP : 302
Date de naissance : 20/02/1997
Date d'inscription : 01/08/2017
Age : 20
Familier : Un loup qui se paume partout...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysidia :: Let's play ! :: Tamaris :: Derohas-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit