Mysidia est un forum fantastique/steampunk. Quelle créature et camp allez vous intégrer ?
 

Une envie de bricoler..? ( libre )

 :: Let's play ! :: Tamaris :: Iria Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 22 Avr - 23:20
Une envie de bricoler
Alowin & Adrian

Quand Alowin n’était pas sur une enquête, le jeune homme avait tendance à s’ennuyer très rapidement, même trop rapidement à son goût. S’amusant à taquiner Sushi en lui demandant d’aller chercher quelque chose à manger, il aimait voir son poisson revenir avec l’opposé ayant totalement oublié la demande de son contractant. Ah, mais qu’est-ce qu’il pouvait être un chieur ce mec sérieusement ! Rigolant encore un coup, ses yeux dorés se posèrent sur l’horloge ornant son salon. 15h ? Ouais, on allait quand même bouger son cul hein ! S’étirant un bon coup, Alowin attrapa son manteau et enfila son casque autour de son cou. Pourquoi ne pas faire une petite virée dans le commerce voisin pour voir si un objet intéressant n’avait pas été récupéré ? Le roux aimait les bric à brac plus que personne et le marchand commençait à particulièrement l’apprécier le voyant acheter des futilités que personne ne voudrait.  

Après environ cinq petites minutes de marches dans les rues d’Iria, Alowin s’arrêta devant une vieille bâtisse bien aux couleurs des Tamaris. L’échoppe était ornée de couleur automnale et un sourire discret se dessina sur son visage. Poussant la porte, toujours aussi légère, il fit un signe de main au vendeur qui était occupé avec des clients. Bien sûr, Alowin remarqua rapidement le sourire sur son visage sachant très bien qu’il l’aimait pour ses idées tordues. Les mains dans les poches, l’inventeur se mit à voyager aux travers des rayons, mwais un peu déçu… Le vieil homme n’avait pas vraiment reçu de nouvelle babiole ce qui le fit soupirer. Laissant son regard d’or scruté le moindre objet, aucune idée ne lui vint, mais ce n’était que le début. Une fois que le patron eut fini avec ses premiers clients, il se dirigea vers notre jeune homme pour lui demander d’attendre une minute. Qu’il avait un objet qui allait sûrement l’intéressé ! Arquant un sourcille intrigué, Alowin sortit les mains de ses poches pour les croiser en attendant papy. Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir lui proposer ?
Eh bien, Alowin n’avait jamais été déçu par ce vieil homme et c’était toujours le cas ! Le marchand revint avec un petit sac, mais qui semblait tout de même peser son poids. L’ouvrant, l’homme sortit quelques vieux rouages, mais toujours opérationnel. Une statuette de chat en métal, ainsi que le cadran d’une petite horloge. Le patron expliqua à Alowin que son ancien propriétaire avait essayé de créer un nouveau réveil pour sa fille, mais sans succès et lui avait presque jeté à la figure. Le roux écouta cette histoire et le prit comme un défi un peu trop simple à réaliser. Il lui acheta donc le sac ainsi qu’un petit appareil pour du son et quelques câbles en plus. Une fois le tout payé, il salua papy et se dirigea vers un petit parc où il s’assit. Sortant ses outils et son paquet de chips, il se mit au boulot !

Il était maintenant environ 17h et Alowin remit une dernière fois ses lunettes en place et donna quelques coups de clef ainsi qu’un peu d’huile. Fermant la petite porte cachée dans le ventre du chat, il croisa les doigts en appuyant sur le bouton du réveil. Sans grande surprise, il remarqua qu’il ne marchait pas encore. Mh, aller encore quelques réglages au niveau des rouages et le tout devrait fonctionner correctement ! Quand il s’agit de bricoler, Alowin pouvait y rester des heures sans remarquer les heures défilées. Son rêve ? Créer une invention qu’il pourrait nommer pour qu’on se rappelle de lui uniquement de cette façon. Peut-être trouver un moyen d’y enfourner son pouvoir de foudre ? Personne n’avait encore pensé à utiliser cette source d’énergie, peut-être y arriverait-il enfin un jour ? Pour le moment, laissons place à ses idées tordues et à sa concentration. Bon, il faudrait quand même qu’il aille se laver les mains le bonhomme ! Ce n’est pas qu’elle commençait à être pleine d’huile, mais quand même…  
<
avatar
Messages : 99
XP : 199
Date de naissance : 19/07/1992
Date d'inscription : 07/10/2016
Age : 25
Familier : Sushi - Poisson rouge
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 0:20
Une irritation de plus en plus intense commença à agresser les yeux plissés de concentration d'Adrian tandis qu'il manipulait avec délicatesse et minutie son revolver adoré. Il avait presque fini, toute les pièces avaient été démontées, nettoyées, et remontées. Il ne lui manquait plus qu'à choisir quelles balles inclure dans le barillet. Il tourne la tête vers l'armoire en bois de charme parée de sculptures dorées dans laquelle il rangeait toute les munitions issues de son imagination, et se mit à réfléchir tout en cherchant machinalement à caresser la fourrure de la veste qu'il ne portait pas. Se rendant vite compte de son geste stupide, il se leva pour aller ouvrir la petite fenêtre ronde qui se trouvait dos à lui, la seule de la pièce. A force de rester cloîtré dans son atelier, la chaleur commençait à monter jusqu'à en devenir insoutenable. Il en profita ainsi pour passer la tête vers l'extérieur, appréciant la brise et la vue de la jolie ville d'Iria. Cela faisait bien trop longtemps qu'Adrian n'était pas sortit, et il était temps d'y remédier.

Le jeune homme referma d'un geste sec la petite fenêtre avant de se retourner vers sa précieuse armoire. Il allait rester à Iria, aussi, il ne faudrait pas de munitions qui puissent causer trop de dégâts, sinon il était certains de se faire remarquer. Il pouvait donc éliminer toute les balles de type explosives. Après quelques secondes de réflexion, son choix se porta finalement sur un assortiment d'effets discrets, permettant plus de de sortir d'une situation difficile que de blesser véritablement quelqu'un. Il chargea minutieusement son revolver avant de le ranger à sa ceinture, puis rajouta quelques stocks de munitions qu'il accrocha à ses bretelles, celles-ci plus meurtrières, qu'il dissimula ensuite sous la veste qu'il enfila. Il pouvait sembler étrange à un inconnu de s'équiper de la sorte pour une simple balade en ville, mais pour Adrian, c'était nécessaire. Son statut de banni l'imposait, car qui savait à quel moment ses ennemis pouvaient retrouver sa trace ?

Prenant bien soin de refermer la porte de son atelier à double tour sur chacun des verrous, au nombre de huit, le jeune homme pu enfin sortir prendre un peu l'air. De toute manière, il allait bientôt lui falloir repartir en chasse, car son stock de magie commençait à s'épuiser, et il ne pourrait bientôt plus confectionner quoi que ce soit. Il allait aussi lui falloir racheter du whisky, ou il allait finir par devenir fou à rester enfermé seul dans cette pièce. Mais avant tout ceci, il allait avoir besoin de sociabiliser, ce qui signifiait plus pour lui s'amuser avec quelqu'un. Adrian n'était pas très porté sur le domaine de l'amitié, mais pour autant, il appréciait la compagnie des autres, et s'amuser avec quelqu'un pouvait signifier bien des choses. Il se plaisait essentiellement à laisser planer le doute sur sa façon d'être.

Les mains dans les poches, il se dirigea d'un pas sautillant vers le petit parc où il avait l'habitude de se rentre lorsqu'il avait envie de se promener et de rencontrer des gens. L'endroit n'était pas trop fréquenté, et cela lui assurait de ne pas se faire repérer par des personnes connaissant sa véritable identité. Pour autant, il y croisait parfois des personnes intéressantes, comme cette petite fillette à qui il avait fait croire qu'il serait son nouveau professeur, débitant avec une certitude poignante son programme farfelu pour l'année qui avait bien effrayé la fillette, car tout le monde ne fait pas disséquer des êtres humains encore en vie dans ses cours d'anatomie. Ou encore ce charmant jeune homme déboussolé qu'il avait réconforté en lui faisant croire qu'il connaissait bien sa femme, et que si elle l'avait quitté, c'était pour le protéger d'une maladie grave et facilement transmissible qu'elle avait récemment attrapé dans le laboratoire où travaillait un ami à elle. Ou même, sa préférée, la fois où il avait fais croire à un vieil homme tremblotant qu'il était venu récupérer l'argent qu'il lui devait, et que s'il ne payait pas ses dettes sur le champ, il devrait en répondre par le sang. Le plus drôle était certainement quand le pauvre homme avait fait un arrêt cardiaque sous ses yeux. Adrian avait la fâcheuse tendance à se faire passer pour ce qu'il n'était pas, inventant à chaque fois un scénario improbable qu'il décrivait avec une précision telle qu'il en devenait parfaitement crédible. Pour ce qui était de la morale, il n'en avait aucune, et ne se fixait jamais de limite.

Il avait pour habitude de faire le tour du parc avant de choisir la personne qu'il allait accostait, mais ce coup-ci, après être entré dans celui-ci, son regard se posa bien rapidement sur quelqu'un en particulier. Un jeune homme aux cheveux roux, assis à quelques pas de lui, était affairé à bidouiller ce qui semblait être un réveil. Plusieurs options étaient possibles. Soit il avait cassé son objet et cherchait désespérément à le réparer, soit il le démontait pour récupérer des pièces ou d'autres raisons similaires, soit il venait de créer l'objet de toute pièce. Et vu les outils que possédait l'individu et le plaisir qu'il y prenait, trahis par le regard que ses yeux dorés lançaient, Adrian penchait plus pour l'option de la création, et donc possiblement, de l'invention. Une cible avec un aussi gros point en commun avec lui était forcément la meilleure possible de tout le parc.

De par sa grande agilité, certainement l'une de ses seules qualités, le jeune homme n'eut aucun mal à s'approcher furtivement du rouquin, scrutant par dessus son épaule pour tenter de voir ce qu'il pouvait bien faire de ce réveil mal en point. Il ne lui fallut que quelques secondes pour se rendre compte du problème qu'avait son objet. Il ne se retint donc nullement de le faire remarquer sans se soucier du fait de faire peur ou non à son interlocuteur.

"Si je peux me permettre, ton ressort semble avoir été cassé, mais il a été changé. Le problème, c'est que quand un ressort bandé casse, il arrive que la puissance libérée casse une aile de pignon et déforme les dents du rouage qui engrène dessus, et si tu regardes de plus près, tu verras que c'est ce qu'il s'est passé ici ! "

Après avoir sorti cette phrase parfaitement naturellement et d'un ton très enjoué, tout en tutoyant négligemment le rouquin là où n'importe quelle personne civilisée l'aurait vouvoyée, le brun se contenta de le fixer de ses yeux bleutés tandis qu'un sourire mêlé d'amusement et se satisfaction se dessinait sur son visage.
avatar
Messages : 13
XP : 95
Date de naissance : 01/04/1996
Date d'inscription : 12/06/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon atelier
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Juil - 10:11
Une envie de bricoler
Alowin & Adrian

Là, on peut dire qu’il ne fallait pas que quelqu’un au nez sensible s’approche de notre rouquin. Alowin était tellement à fond dans sa création qu’il ne remarquait pas l’huile se rependre un peu partout et surtout sur ses mains qui étaient aussi noires que s’il avait eu une soudaine envie de se rouler dans la boue. Bon, je ne vais pas vous cacher que son front et ses joues étaient aussi un peu sale car à force de s’essuyer, bah la crasse se repend de manière fourbe ! Mais bon, on s’en fiche quand on s’amuse, n’est-ce pas ?

Quelques petits ajustements par ici et puis par-là ! Alors qu’Alowin allait donner la touche finale à son œuvre, il retint un sursaut en entendant un homme commencer à lui parler, sans un bonjour ni rien. L’étranger commença à lui parler qu’il manquait un rouage à son œuvre d’une manière comme s’il savait tout. Toute personne aurait été un peu frustrée de la façon de dire, mais notre rouquin prit cela comme un air de défi. Ne disant pas un mot, il sortit le dit rouage de sa poche avec un sourire en coin.

« Je le sais, je ne l’avais juste pas encore mis ~. » répondit-il dans un ton plaisante, voir même taquin.

Est-ce que l’homme était curieux ? Si oui, il allait rester pour voir le résultat de la création de notre ami et cela le rendait encore presser de finir son œuvre. Après tout, en publique c’était toujours mieux !
Un petit coup par ici, le petit rouage placé et hop. On n’avait qu’à refermer le chat pour que le tout soit fini ! Maintenant, c’était le moment de vérité et si Seven n’y arrivait pas, c’était la honte totale de se louper devant quelqu’un, mais n’y pense pas… Hein ? Le bougeant un peu dans tous les sens pour voir si rien n’était encore cassé, il régla le réveil une minute après et le posa sur le banc. Sans un mot, il se mit à attendre…
3…2….1… Le moment de vérité était venu ! Et comment dire, oui il fonctionnait, mais… Un peu trop bien. Le réveille venait simplement de hurler son miaulement et il aurait pu en réveiller des morts. Se débouchant une oreille avec un doigt de manière un peu naïve, il regarda l’inconnu.

« Et voilà, il marche ! ~ Je vois que tu sembles t’y connaitre un peu toi aussi, je ne me trompe pas ? » Demanda-t-il un peu curieux.

Mh, est-ce que l’homme savait où il se lançait ? Commencer à parler à notre Alowin pouvait être drôle, mais quand le rouquin trouvait une victime à embêter, il ne le lâchait plus du tout. Alors, est-ce le début d’une amitié ? Une rivalité ? A voir, à voir !

<


( déso du retard, avec JE... C'était chaud x.x )
avatar
Messages : 99
XP : 199
Date de naissance : 19/07/1992
Date d'inscription : 07/10/2016
Age : 25
Familier : Sushi - Poisson rouge
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysidia :: Let's play ! :: Tamaris :: Iria-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit