Mysidia est un forum fantastique/steampunk. Quelle créature et camp allez vous intégrer ?
 

Yes, I'm bitter, it keeps the weak people away ft.Kaz

 :: Let's play ! :: Alfheim :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 8 Jan - 18:28


"THINK ABOUT TREATING OTHERS RIGHT AND THESE OTHERS WILL  FLOCK TO YOU IN SCREAMING DROVES", WELL THEN LET'S BE UNBEARABLE BECAUSE I FUCKING DON'T WANT TO BE THIS CROWDED.
Siam ne sursauta même pas en sentant les anneaux du serpent se reserver un peu plus autour de ses épaules et descendre vers son avant-bras droit, la bête allant loger sa tête dans le creux de son coude. Un sourire étira un peu ses lèvres: il préférait que son familier s'enroule sur son côté droit à vrai dire. N'y voyant pas très clair, ça le rassurait d'y avoir des 'yeux' valides pour voir venir un potentiel danger. Mu ne devait pas avoir très chaud. Il est vrai que les temps s'étaient un peu rafraîchis récemment, et même si le nix n'était pas très sensible aux changements de température, il avait adopté une tenue plus couverte qu'à la saison précédente, pour faire bonne mesure. Ce serait idiot de tomber malade. Surtout que les conditions avaient beau ne pas être optimales, le rythme de livraisons ne réduisait pas. Certains employés prenaient des pauses pendant cette période, généralement des créatures de la forêt pas particulièrement enchantées par le froid, ce qui donnait plus de boulot au roux. Il avait quelques lettres et 2 colis pour pour Phantasia sur les bras, mais apparemment le relais de l'agence aurait autre-chose à lui confier une fois sur place. Il râlerait presque. Mais Phantasia était l'assurance de pouvoir dormir dans l'eau, alors ce n'était pas si mal. Il n'avait pas toujours cette chance.

En milieu de journée il choisit de faire une pause, ses jambes commençant à trouver ses déplacements épuisants. Il ne s'était pourtant pas réellement pressé, sachant pertinemment qu'à pied il lui serait impossible d'atteindre Phantasia avant d'avoir besoin de sommeil. Surtout que l'un de ses colis était particulièrement volumineux, et le roux commençait à regretter de ne pas avoir un don dans le genre de la télékinésie. Ca lui permettrait d'avoir les mains un peu plus libres. Son serpent ne le gênait pas, mais ce colis dont il ignorait le contenu était plutôt encombrant. Heureusement, l'autre était d'un volume bien plus maniable. Dépassant un petit bosquet épineux en ignorant les branches s'accrochant au bas de son pantalon, le roux atteignit un lac repéré lors d'un voyage précédent vers Phantasia. A vrai dire, son familier s'était lancé à la poursuite d'un petit rongeur, le forçant à suivre le mouvement pour ne pas le perdre de vue, et ils étaient tombé sur ce lac aux eaux claires dont la surface était décorée de jolis nénuphars roses. D'un côté ça lui laissait un goût amer dans la bouche, et il espérait constamment ne voir aucune de ces plantes briller: gérer un gosse, ce n'était pas pour lui. De l'autre l'endroit était apaisant.

Se débarrassant de son sac et du colis encombrant, le livreur s'adossa à un saule pleureur étendant ses longues branches souples vers la surface de l'eau et entreprit d'enlever ses chaussures. L'un de ses rares traits typiques de son espèce: le nix résistait difficilement à sa volonté de contact avec l'eau, quand bien même elle serait certainement gelée. Peut-être pourrait-il même faire un somme ici.. L'idée lui traversa l'esprit tandis qu'il avançait sur les galets lisses qui bordaient le lac. Ils descendaient en pente douce jusqu'à l'eau avant de s'enfoncer sous la surface, de plus en plus profond. Mais Siam s'arrêta au niveau d'une roche plate pour s'y assoir, trempant ses pieds dans l'eau jusqu'à la cheville et promenant ses yeux dépareillés sur le lac. Oui, c'était plutôt calmant, s'il ignorait cette voix moqueuse lui répétant qu'il n'avait pas sa place au milieu de tant de beauté, il avait bien fait de s'arrêter ici. Croquant dans l'un des fruits qu'il avait sortis de son sac en guise de repas, il suivit du regard une libellule qui semblait jouer la surface pendant quelques temps, l'esprit absent, avant d'entendre un bruissement du côté de l'arbre.

-Bordel, j'ai l'air d'avoir le temps pour ça ..?


Grogna-t-il en tournant un regard courroucé en direction du bruit, espérant à moitié qu'il ne s'agisse que d'un animal, bien que son instinct lui souffle le contraire. Un animal aurait fui à la vue de Mu, ou se serait fait manger s'il n'était pas très grand. Effectivement, ses yeux tombèrent sur la silhouette d'un Alfheim qu'il aurait préféré ne pas croiser. Enfin il supposait. Son visage se déforma en une grimace agacée avant qu'il ne hausse un sourcil d'un air sceptique: ce type n'avait-il rien de mieux à faire ? Il n'avait clairement aucun intérêt, pourquoi s'arrêter et lui voler dans les plumes ? Le nix croqua de nouveau dans son fruit, ignorant le jus qui coula sur ses doigts. Maintenant qu'il savait à qui il avait affaire, il s'inquiétait moins d'un éventuel vol. Enfin, pas que cet ange aie beaucoup de sa confiance, mais il en avait un peu plus qu'en aurait un parfait inconnu. N'importe-qui d'autre se serait certainement fait étouffer dans une bulle d'eau arroser de l'eau glacée du lac à ce moment-là, mais Siam se contenta de le surveiller du regard.

-Ca par exemple, je t'ai manqué ? ,rit-il sans réel amusement, C'est pas réciproque.


Bien sûr que non il ne lui avait pas manqué, mais le nix avait toujours été infoutu de saluer Kaz autrement qu'avec un commentaire sarcastique. Pas qu'il s'en veuille beaucoup pour ça, cela dit. Siam laissa un sourire même pas forcé étirer ses lèvres. Ca faisait un moment qu'il n'avait communiqué qu'avec son serpent, et bien qu'il se réjouisse d'avoir minimisé le contact avec toute forme d'idiotie, ça le changerait un peu. Limite, s'il ne se retenait pas il se dirait un peu content. Juste un peu. Un peu curieux de savoir comment allaient les choses pour son interlocuteur. Est-ce qu'il s'était attiré des ennuis sérieux, à force de jouer avec les nerfs des gens ? Ca ne serait même pas surprenant. Mais ça l'inquièterait presque. Mais il se contenta d'être désagréable.

-Toujours pas mort, pour un peu je dirais que tu m'impressionnes ~


Ouais, il faisait ça mieux, être désagréable. Nouveau rire un peu forcé. Il prit une autre bouchée de son fruit, ne le quittant pas des yeux pour autant. A vrai dire il ne savait vraiment pas ce qui pouvait amener l'ange, et ça le rendait nerveux. Peut-être était-ce du pur hasard, mais Alfheim étant immense, ce serait un peu fort.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
avatar
Messages : 29
XP : 235
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Familier : Un serpent du nom de Mu
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
If you don't dislike me yet, don't worry: your time will come
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Jan - 11:23
Siam Fernoris & Kaz Eressëa
"La méchanceté ne consiste donc pas à faire le mal mais à mal faire. Mais ce n'est pas encore l'essence de la méchanceté car celle-ci n'est pas solitude; elle est relation."

Yes, I'm bitter, it keeps the weak people away
Il y avait vraiment des moments où tu exécrais réellement Alfheim et tous les êtres que la contrée abritait. C’était pourtant ta terre natale, celle qui t’avais vu grandir… Ah non ça c’est le Sanctuaire, mais comme c’est accolé à Alfheim, c’est du pareil au même. Ce n’était pas vraiment ton genre d’être dans un état d’énervement quasi constant. Cela faisait plusieurs jours que tu étais en colère, et tu n’en connaissais pas la raison, car il y avait plusieurs facteurs à prendre en compte. Ton retour au Sanctuaire qui ne s’était pas bien passé, le fait qu’on te vole… Bref, pour toi, tout allait mal dernièrement.

Tu t’attendais presque à te faire foudroyer à tout moment, même par beau temps. Eh oui Kaz, la chance t’avait laissé tombé depuis plusieurs jours, ce que tu regrettais assez par la même occasion. De plus, tu ne te risquais même pas à voler, ou ne serait-ce que tenter de chaparder quelque chose de simple. A tous les coups, tu allais te faire prendre la main dans le sac, ce que tu voulais éviter. Tu ne voulais pas spécialement finir en prison, ni condamné, ni rien à vrai dire, donc tu évitais de faire le con. Tout cela te laissait particulièrement pensif, et remettait beaucoup de choses en compte. Ton comportement, ta manière de faire, le passé, le présent, le futur… En fait, tu te posais toutes ces questions que tu ignorais au quotidien. Ces questions intempestives que tu jetais dans un coin parce que tu vis dans un déni constant, et tu ne fais pas face à la réalité.

Tout cela n’était pas dans ta nature d’ange. Tu n’étais pas comme ça, mais depuis quelques temps, quelques circonstances atténuantes t’empêchaient d’agir normalement, comme tu étais d’habitude. Qui t’empêchaient d’être toi-même, et cela te perturbait. Est-ce que c’est toi qui devais changer, ou les autres ? Dis comme ça, c’est toi et uniquement toi qui devais songer à changer de comportement. Tu n’étais pas toi-même quand tu étais confronté à diverses situations qui te gênais à ce point. Preuve en est, ce caillou que tu venais d’envoyer à perpette, tu avais même entendu un animal couiner. Qu’est-ce qu’ils t’avaient fait ? Rien, mais tu devais évacuer, et le seul moyen était de te défouler. Cependant tu n’allais pas prendre un animal à parti, alors tu te retrouvais dans une certaine impasse.

Tu tournas les yeux tout autour de toi. Tu étais dans un bois, il n’y avait aucun bruit et tu trouvas cela assez étonnant. En t’avançant un peu plus, tu réalisas ce qu’il se passait. Ce que tu étais en train de faire. Lorsque tu étais énervé, ton pouvoir s’activait sans raison. Cette fois encore, il avait fait des siennes et tu regardas d’un air quasi mort les oiseaux figés dans les arbres, les bestioles au sol qui ne bougeait plus. Cela te fit prendre conscience que tu étais vraiment à cran ces derniers temps et qu’il fallait que tu te calmes, limite que tu prennes des vacances loin de tout pendant un certain temps, histoire de bien faire le vide dans ton esprit. En attendant, tu fermas les yeux pour désactiver l’influence de ton pouvoir sur cette zone, et bientôt le chant des oiseaux vint jusqu’à tes oreilles. Au moins une bonne chose de faite.

Tu voulais mettre le plus de distance entre la civilisation et toi, tu ne voulais plus à avoir à supporter une quelconque présence bipède d’ici les prochains jours, ou alors il faudrait vraiment que tu tombes sur une personne que tu supportais plus ou moins, ce qui avait une chance d’arriver sur… Beaucoup trop en fait. Tu poussas un long soupir en continuant ta route, tu n’avais pas vraiment de but sinon de t’enfoncer le plus profondément dans cette forêt, trouver une autre forêt et hiberner pour les vingts prochaines années minimum. Sauf que tu n’étais pas de ces espèces qui dormaient longtemps, et tu te surpris à les jalouser pendant quelques minutes. Ton esprit se barrait vraiment en du grand n’importe quoi, ça te ressemblait assez, mais pas dans ce genre de moments.

Finalement au bout de plusieurs heures de marches, non seulement tu entendis ton ventre gronder, mais tu tombas sur un petit lac qui te semblait fort sympathique. Ou qui te semblerait sympathique s’il n’y avait pas déjà eu quelqu’un. Sur tous les endroits d’Alfheim, il fallait qu’il y ait quelqu’un au même endroit que toi au même moment. Décidément le karma s’acharne sur toi. Pas question de partir, alors tu t’avanças jusqu’à ce que tu reconnaisses (ce miracle) l’Alfheim qui était assis là. Cette tignasse bicolore ne t’était pas inconnue, et sa remarque presque acerbe, et totalement ironique te fis vaguement sourire.


« De tous les êtres qui vivent dans cette contrée, il fallait que je tombe sur toi. J’ai vraiment pas de chance aujourd’hui. »

Lui était ironique, tu l’étais aussi. Au final, c’était des salutations normales avec vous deux. Vous vous envoyez des piques, vous y répondez, mais c’était aussi pour ça que vous vous supportez, du moins tu l’imaginais. Tu t’approchas, ignorant le serpent. Celui-là tu ne l’aimais pas. Il avait failli bouffer Anko quand tu avais rencontré Siam, donc tu restais sur tes gardes, prêt à le massacrer si jamais il attaquait. Comment on peut avoir un serpent comme familier ? Enfin c’est Siam, il n’y a pas grand-chose de normal avec lui. Cette fois tu rigolas légèrement à sa deuxième réplique. Au final ça te détendait de parler avec lui. Tu ne te prenais pas la tête et c’était vraiment agréable de penser à autre chose.

« Qu’il est mignon. Je sais que ça te ferait trop plaisir de me voir mort, du coup je survis rien que pour te faire chier. Est-ce que tu es content ? »

Au final, c’était vraiment une bonne chose de tomber sur Siam même si tu refusais de l’avouer. Puis quoi encore ? Tu vins t’assoir non loin de lui en attrapant machinalement un des colis qu’il devait livrer. Tu avais presque oublier qu’il était coursier le bicolore, et toi les colis ça te rendait curieux.

« Il y a quoi dedans ? Je peux l’ouvrir ? »

Tu tournas la tête vers lui. Si tu pouvais le mettre dans la merde, ça te ferait particulièrement rire, mais s’il râlait ce serait encore plus drôle. Décidément, tu aimais bien la présence du nix, ça te détendais.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysidia :: Let's play ! :: Alfheim :: Autres endroits-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com